AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ❥ maybe you're the one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 393
A VERONE DEPUIS : 10/05/2013
AVATAR : dianna agron.
CREDIT : avatar (Bombshell) + signature ( tumblr).
JOB/ETUDES : étudiante en droit.
LETTRE SPECIALE :
STRONG ENOUGH TO LEAVE YOU, BUT WEAK ENOUGH TO NEED YOU. - you're looking in that mirror one day and miss my arms. How they wrapped around your waist. I say that you can love me again. Even if it isn't the case.


MessageSujet: ❥ maybe you're the one.   Ven 24 Mai - 21:49


maybe you're the one.
L'heure approchait, et j'allais pouvoir enfin sortir de mon amphithéâtre. Je n'étais pas enthousiaste à l'idée de suivre mes cours pour la journée. Pourtant je savais que le droit était fait pour moi, que j'aimais ça par dessus tout et que c'était ce que je voulais faire. Mais depuis quelques temps, je pensais même pas à tout arrêter. C'était stupide, j'en étais consciente. Baissant l'écran de mon ordinateur portable, je l'avais rangé dans son étui pour le mettre dans mon sac et prendre mes affaires avant de sortir de l'amphithéâtre. J'étais fatiguée, n'ayant pas beaucoup dormi la nuit dernière, comme toutes ces autres nuits depuis cette fameuse soirée d'ailleurs. J'avais du mal à me concentrer sur autre chose, n'était-ce pas normal après tout ? Celui pour qui je m'étais sacrifiée pendant quatre ans m'avait humiliée, et pire que tout, il avait douté de moi, de ma fidélité et de mon amour pour lui. Mon cœur se brisait à chaque fois que je pensais à tout ça. Ça faisait déjà deux semaines que je ne l'avais pas revu, je ne voulais pas le revoir. J'étais bien trop émergée par mes émotions pour réfléchir à ce que je pourrais lui dire et même à prendre cette décision finale sur notre relation. Pour le moment c'était exactement ce que je faisais. Je le fuyais. Je ne voulais pas le voir, lui parler ou même entendre sa voix. Je lui en voulais bien trop pour ça. Il y avait ce trou béant dans ma poitrine qui n'arrêtait pas de me rappeler cette fameuse soirée qui était censé être dédiée à notre anniversaire. Je peux dire aujourd'hui, et avec tout ce que je ressens, que c'est sûrement la pire des soirées de toute mon existence.

Secouant ma tête de gauche à droite pour faire fuir mes mauvaises pensées, j'étais descendu des escaliers pour sortir de la faculté de droit. J'avais rejoins quelques amies pour aller manger un bout. J'étais assez silencieux, la jeune femme souriante et toujours pleine d'énergie manquait à l'appel en ce moment. Je savais que mon entourage ne percevait pas ça d'un bon œil, et je faisais mon possible pour ne pas montrer ma peine. Mais peu importait le nombre d'effort que je faisais, on me faisait toujours une remarque. Je n'en pouvais plus. J'en avais marre de devoir faire semblant, de prétendre que j'allais bien et que ce n'était qu'une histoire de rien du tout pour finir par passer à autre chose. Tout ça n'était qu'un simple tissu de mensonge. Je n'allais pas bien,e t cette histoire me brisait le cœur. Après le repas, j'avais quitté mes amies pour me diriger vers le parc de l'université. J'y allé souvent en début d'après-midi avant de débuter mes cours pour me poser tranquillement, profiter du beau temps et ne pas être embêtée. Toujours assise au pied d'un grand arbre, je m'étais mes écouteurs aux oreilles et je lisais un bouquin sur le droit pénal. C'était une manière de me focaliser sur mes études et d'oublier ma peine de cœur. Mais aujourd'hui, rien n'y faisais, je ne pensais qu'à ça. Je savais qu'une seule personne arrivait à me rendre le sourire en ce moment et à m'aider à aller mieux : Mattia. J'avais besoin de le voir et d'entendre sa voix pour qu'il puisse me rassurer. Je pris mon téléphone pour lui envoyer un message et lui proposer de me rejoindre.



_________________


    ☮️ I WANT YOU TO STAY.
    Not really sure how to feel about it, something in the way you move. Makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. It's not much of a life you're living. It's not just something you take, it's given. Round and around and around and around we go. Ohhh now tell me now tell me now tell me now you know. (c) sunday.


Dernière édition par E. Isabella Moretti le Sam 25 Mai - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letterstojuliet.forumactif.org
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Ven 24 Mai - 22:39


Cela fait une heure que je suis assis dans cet amphithéâtre et j’en ai déjà marre. Pourtant c’est mon premier cours de la journée, je n’ai pas eu besoin de me lever super tôt pour venir à l’université et j’ai eu le temps d’avaler mon café pour une fois. Pourtant il n’y a rien à faire, je ne suis pas de bonne humeur. Je déteste venir en cours. J’avais choisi de suivre un cursus de droit afin d’obtenir un bon diplôme qui me permettrait de gagner ma vie de manière assez aisé. Je fais cela uniquement pour ma famille, mais je commence à regretter ma décision. Je ne supporte pas tous ces gens qui ce prenne déjà pour des avocats renommer alors qu’ils ne sont que de simple étudiants pas plus doués les uns que les autres. Et puis ce professeur… Il doit faire parti des murs où quelque chose comme cela vu l’âge qu’il a. Son italien reste tout de même assez douteux. Je le soupçonne de ne pas être originaire de notre beau pays. Et oui. Je m’ennuie tellement que je commence même à me poser des questions qui ressemblent fortement à des ragots. La fille a côté de moi parle ouvertement de sa vie sexuelle à sa copine et je me retiens de soupirer. C’est pas que je m’en fiche, mais presque… Nerveusement je tape sur mon bureau avec mon stylo tout en fixant le fond d’écran de mon ordinateur portable ouvert devant moi. Une vieille photo d’Isabella, Nate et moi. Il faudrait peut être que je songe à changer. Cela fait deux semaines que je n’ai pas parlé à mon meilleur ami. Enfin meilleur ami… Je me demande si je peux toujours l’appeler comme cela. Il a tout fait foirer en moins de deux minutes. Je crois que je ne lui pardonnerais jamais d’avoir douté de moi et surtout d’avoir insulter Bella devant tous nos amis. Il a dépassé les limites et blesser la femme qu’il aime. Depuis on ne c’est pas revu et je n’ai pas vraiment prévu de le revoir même si j’ai tout un tas d’affaire à moi dans son appartement. Enfin…

Je me mets à penser à Isabella et cette fois je me coupe littéralement du cours qui ce déroule sous mon nez. La jeune femme a été totalement brisée par la réaction de son homme et depuis elle a perdue son beau sourire. Je fais tout pour lui faire comprendre qu’elle a tout les droits de tourner la page, mais elle ne semble pas prête pour cela et moi ? Bah moi j’attends sagement. Je ne vais pas le cacher, j’ai quelque peu honte d’avoir des sentiments pour la copine de mon meilleur ami, mais je ne l’ai pas vraiment choisi. Cela m’est tombé dessus sans que je n’aie vraiment le temps de m’en rendre compte. Depuis je me bats pour enfouir tout cela dans un coin de ma tête. Je n’ai pas le droit de lui dire ce que je ressens. Pas après ce qui a bien pu ce passer ses dernières semaines. Alors en attendant je suis présent pour elle. Tiens en parlant du loup. Isabella viens tout juste de m’envoyé un message. Elle aimerait que je la rejoigne dans le parc de l’université. Heureusement l’heure viens de ce terminé. Je range rapidement mes affaires, informe mes camarades de classes que je ne serais pas présent au cours suivant et sors du bâtiment. J’en peux plus. Je crois qu’il va falloir que je songe à changer de cursus. Enfin. Je presse quelque peu le pas et très rapidement je retrouve Isabella. Toujours assise au même endroit. Toujours aussi belle. Je m’approche d’elle et me laisse littéralement tomber à ses côtés. Je plante un baiser sur sa joue et lui souris tendrement. « Tu sais que tu me sauve la vie. Je cherchais une excuse pour pas aller en cours. » Je rigole quelque peu et baisse légèrement les yeux pour attraper son regard. Oh. J’ai comme l’impression que quelque chose ne va pas. Elle a beau me sourire, il y a quelque chose qui cloche. Je lui chatouille légèrement les côtes et viens prendre appui sur l’arbre, juste à côté d’elle. « Qu’est-ce qui t’arrive ma belle ? Tu as l’air toute triste… »


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 393
A VERONE DEPUIS : 10/05/2013
AVATAR : dianna agron.
CREDIT : avatar (Bombshell) + signature ( tumblr).
JOB/ETUDES : étudiante en droit.
LETTRE SPECIALE :
STRONG ENOUGH TO LEAVE YOU, BUT WEAK ENOUGH TO NEED YOU. - you're looking in that mirror one day and miss my arms. How they wrapped around your waist. I say that you can love me again. Even if it isn't the case.


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Sam 25 Mai - 14:52


maybe you're the one.
J'avais hâte que Matt soit près de moi. C'était quelque chose que je ne pouvais pas décrire parfaitement, mais il me rassurait. Lorsqu'il était près de moi, j'avais l'impression que mes problèmes s'envolaient et qu'ils n'existaient plus. Il apaisait ma douleur et me remontait le moral. Mattia était quelqu'un de bien, je le savais. Il ne m'avait jamais jugée, au contraire il m'avait accepté telle que j'étais, avec mes qualités et mes défauts. Jamais je n'arriverai à le remercier assez pour tout ce qu'il faisait pour moi. J'avais appris à faire plus ample connaissance avec lui lorsque j'avais voulu organiser une petite surprise pour nos quatre ans. C'était un garçon adorable. On pouvait lire dans son regard qu'il avait beaucoup souffert dans le passé mais qu'il était assez fort pour tout surmonter. C'était admirable de sa part de continuer à me voir alors qu'il aurait pu tout envoyer valser après l'histoire avec Nate. Je lui étais tellement reconnaissance de ne pas m'avoir laissée tomber. Il était toujours là pour moi, même quand je ne le réclamais pas. Comme s'il savait ce que je ressentais, comme s'il pouvait comprendre et qu'il voulait m'aider. Plus le temps passait, plus la présence de Mattia m'étais indispensable. On s'était un peu plus rapprochés en l'espace de quelques jours pour savoir que je pouvais lui faire confiance et qu'il ne voulait pas me faire de mal. J'aurai tellement voulu que Nate soit pareil, comme lui. Quand j'y pense, Mattia était un peu le type d'homme que j'aimerai dans ma vie. J'avais l'impression de divaguer. Je venais à peine de sortir d'une longue relation dont la fin me peine toujours aujourd'hui que je pensais à Matt d'une autre manière. Mais peut être que cette rupture était un moyen de me dire que Nate n'était pas fait pour moi. Peut être que c'était le destin qui poussait Matt et moi à se rapprocher encore plus. Je m'étais surprise à dire n'importe quoi.

Heureusement que Mattia était arrivé. « Tu sais que tu me sauve la vie. Je cherchais une excuse pour pas aller en cours. » Toujours de bonne humeur, Mattia me donnait envie de croquer la vie à pleine dent, ne serait-ce qu'en ouvrant la bouche. J'étais contente de le voir, j'en avais besoin. Il était réellement le seul en qui je pouvais avoir confiance ces derniers temps. « Ouh le vilain qui sèche ses cours ! » Des frissons s'emparent de mon corps lorsqu'il m'embrasse la joue. Pourquoi est-ce que je me sentais ainsi ? Je le regardais ensuite prendre place à mes côtés. J'essayais comme je pouvais de rester naturelle, d'être moi même et de ne pas montrer ma peine, même si je savais que c'était une cause perdue avec Mattia. A tout les coup, il allait tout comprendre. Et j'avais vu juste puisqu'il s'empressa de me poser la question tout de suite après.b« Qu’est-ce qui t’arrive ma belle ? Tu as l’air toute triste… » Comment lui expliquer tout ça ? J'avais l'impression de passer pour cette pauvre fille que son copain avait humiliée devant tout le temps et qui n'arrêtait pas de se plaindre. Je ne voulais pas être cette fille-là. Je voulais passer à autre chose et oublier toute cette histoire. « Oh tu sais, un peu de si et de ça. » Je devais être honnête avec lui, je le savais, mais j'avais peur de le faire fuir. Qui voudrait d'une fille comme moi qui broie tout le temps du noir ? Il était mon pilier, celui qui m'aidait à tenir, et je ne voulais pas volontairement le pousser à s'en aller. Mais je devais me confier aussi. Je ne m'en étais pas rendu compte tout de suite, mais j'avais eu un retard de règle. Cette idée me faisait peur. Et si j'étais tombée enceinte ? Qu'allais-je faire, toute seule ? Je ne pouvais pas en parler avec Mattia, il s'agissait de son meilleur ami, qui lui avait fait du mal aussi. Et s'il s'en allait après l'avoir appris ? Je n'étais même pas sûre en attendant. Je devais faire des testes de grossesse, mais j'avais tellement peur du résultat...



_________________


    ☮️ I WANT YOU TO STAY.
    Not really sure how to feel about it, something in the way you move. Makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. It's not much of a life you're living. It's not just something you take, it's given. Round and around and around and around we go. Ohhh now tell me now tell me now tell me now you know. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letterstojuliet.forumactif.org
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Sam 25 Mai - 17:10


Du moment où Isabella m’as envoyé ce message j’ai compris que ma journée allais changer et surtout que j’allais peut être enfin pouvoir être de bonne humeur. Je déteste venir en cours, les seuls moments où je suis heureux ici c’est lorsque je rejoins mes amis. Et depuis quelques semaines c’est quand je finis par rejoindre Isabella. Je sais qu’elle est la copine de mon meilleur ami. Enfin ex copine. Et que je n’ai absolument pas le droit d’avoir des vues sur elles, mais je crois que tout cela me dépasse totalement. Enfin… Toujours est-il que je m’apprête à la rejoindre et que je compte bien passer un moment agréable en sa compagnie. Elle a besoin d’être entouré ces derniers temps. Cette histoire avec Nate l’a complètement retournée et il semblerait que peu de gens arrive à la comprendre réellement. Il n’avait pas fallut très longtemps pour que tout le monde soit au courant de ce qui avait bien pu ce passé durant cette fameuse soirée. Chacun c’est fait son propre avis sur le sujet et il semblerait que beaucoup me pense capable d’avoir volé Isabella a mon meilleur ami. Preuve que peu de gens me connaissent réellement dans cette université. C’est également le cas de Bella quand j’y pense. Je la connais uniquement parce qu’elle était la petite amie de Nate. Elle sait peu de chose sur moi et je me dis que c’est peut être pas plus mal d’ailleurs. Les récents événements vont sûrement nous aider à faire de plus amples connaissances. C’est donc avec le sourire collé aux lèvres que je finis par me diriger vers le parc de l’université où Isabella m’attends. Sagement assise sous un arbre. Mon dieu… On dirait un ange des fois. Elle est tout simplement magnifique. Je secoue quelque peu la tête pour chasser toutes ces pensées et finis par venir m’asseoir auprès de la jeune femme.

Tout de suite elle me fait une remarque sur le fait que je sèche mes cours. Je grimace quelque peu. Je ne voudrais pas qu’elle croit que je suis un glandeur qui viens en cours seulement parce qu’il n’as pas le choix. Je crois que je me fais des idées. Je hausse quelque peu les épaules et souris à Isabella. « Le droit c’est vraiment pas fait pour moi… » Je déteste cela, mais de toute manière je n’ai pas le choix. Enfin on ne va pas épiloguer là-dessus. Surtout qu’il semblerait que mon amie ne soit pas en pleine forme aujourd’hui. Depuis cette histoire avec Nate elle a perdue son beau sourire et je dois avouer que je déteste cela. Je voudrais tellement la voir rire à nouveau. La voir profiter de la vie et oublier Nate. Je lui demande ce qu’il lui arrive et la jeune femme reste particulièrement évasive. Peut être même trop pour que je me contente de cela. « Tu m’as appelé pour me dire "un peu de si et de ça" ? » lui dis-je en riant quelque peu. Je ne veux pas la forcer. Si elle ne veut pas m’en parler, je n’insisterais pas plus que cela. Malgré tout, je me tourne vers elle et plonge mon regard dans le sien. On est que tout les deux, elle pourrait peut être se livrer plus facilement que devant nos autres camarades. « Tu sais que tu peut tout me dire. Même au sujet de Nate… » Cela fait des semaines que je n’ai pas parlé au jeune homme et même si dans le fond cela me bouffe, j’essaye de ne pas y penser. Un jour on aura une explication, je le sais parfaitement, mais ce n’est pas pour tout de suite.

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 393
A VERONE DEPUIS : 10/05/2013
AVATAR : dianna agron.
CREDIT : avatar (Bombshell) + signature ( tumblr).
JOB/ETUDES : étudiante en droit.
LETTRE SPECIALE :
STRONG ENOUGH TO LEAVE YOU, BUT WEAK ENOUGH TO NEED YOU. - you're looking in that mirror one day and miss my arms. How they wrapped around your waist. I say that you can love me again. Even if it isn't the case.


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Lun 27 Mai - 18:55


maybe you're the one.
Encore une fois, la présence de Mattia me rassurait. Il n'était là que depuis quelques minutes que je me sentais déjà mieux. Ces derniers temps, la solitude ne me réussissais pas du tout. Tout allait bien en présence de personnes, mais une fois que j'étais seule, toutes mes craintes réapparaissaient. C'est pourquoi je faisais mon possible pour ne pas rester seule. Encore une fois, Mattia avait répondu à l'appel et s'était empressé de me rejoindre. Jamais je n'arriverai à le remercier assez pour tout ce qu'il faisait pour moi. C'était un ami que je ne voulais pas perdre. J'allais faire mon possible pour que ça n'arrive jamais. C'était principalement grâce à lui que j'arrivais à tenir le coup. Mais j'avais l'impression que les mauvaises nouvelles n'avaient pas fini de tomber. Depuis ma rupture brutale avec Nate, j'avais du mal à positiver. Pourtant je n'étais pas ce genre de fille avant. Non, avant je faisais de mon mieux pour me remonter le moral, me dire que ça aurait pu être pire et que j'étais assez forte pour surmonter n'importe quelle épreuve. Mais je ne pensais plus de la même manière désormais. J'avais peur d'après tout et je me sentais faible. Je devais me reprendre en main. Je savais que me reposais sur les autres n'était pas une solution, encore moins sur le long terme. Il était hors de question que je fasse fuir les gens auxquels je tenais. « Le droit c’est vraiment pas fait pour moi… » Une fois encore, Mattia me faisait rire. Je savais que ce n'était pas évident pour lui de suivre les études de droit. Moi j'aimais ça, c'était ce que je voulais faire et puis je l'avais choisi. Mais pour le jeune homme, c'était une toute autre histoire. Il ne faisait pas ça pour lui, ni pour son plaisir. C'était un garçon brillant, mais s'il n'aimait pas ce qu'il faisait, il se décourageait rapidement. Je l'avais regardé pour lui répondre. « Alors arrête. Je dois pas être la première personne à te le dire, mais pense un peu à toi Mattia. » Plus facile à dire qu'à faire soit dit en passant. Je voulais l'aider au mieux et me rendre utile. Il était toujours là pour moi depuis le début, je me devais de faire pareil pour lui. « Tu t'es déjà tellement sacrifié pour ta famille, tu mérite de choisir au moins pour ton avenir » Je ne voulais pas qu'il soit malheureux. Pas lui. Mattia était quelqu'un de bien, qui méritait tellement de bonnes choses ! Je ne voulais pas qu'il finisse sa vie à regretter des choses qu'il aurait pu faire. J'essayais en même temps de faire tourner la conversation autour de lui. On ne parlait que de moi et mon histoire avec Nate. Je ne voulais pas passer pour la fille désespérée à ses yeux. Il allait finir par me prendre pour une folle alliée.

Et pourtant ça n'avait pas fonctionné. Il avait rapidement compris que quelque chose n'allait pas. Il fallait dire que Mattia me connaissait quand même assez bien. Bien que nous n'étions pas si proches que ça au début de notre relation, j'ai pu découvrir un jeune homme fort et attentionné auprès de ses amis. Il m'avait rapidement cerné, et savait quand quelque chose clochait. Mais je ne savais pas comment lui expliquer, alors que moi-même je n'étais sûre de rien. « Tu m’as appelé pour me dire "un peu de si et de ça" ? » Bingo, il avait deviné. En même temps, à quoi m'attendais-je ? Il n'était pas bête, et ce n'était pas difficile de savoir que je n'allais pas bien ou qu'une idée me trottait dans la tête. La partie qui semblait difficile, c'était celle où je devais trouver les mots pour lui expliquer la situation. Il avait tellement enduré de son côté, que j'avais peur qu'il décide de m'abandonner. « Je t'ai appelé parce que je voulais te voir et passer du temps avec toi surtout » Et ce n'était pas un mensonge, du tout. J'espérais qu'il savait à quel point il m'aidait, ne serait-ce qu'en étant à mes côtés. Il était d'un soutien dont je ne pouvais me passer désormais. Il plongea alors son regard dans le mien, et j'avais l'impression que le temps s'était arrêté. Je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je ne pouvais nier l'effet que Mattia me faisait. J'avais l'impression d'être une horrible personne en ressentant ça. C'était le meilleur ami de mon ex petit ami et mon ami. Pour qui allais-je passer ? « Tu sais que tu peut tout me dire. Même au sujet de Nate… » Je ne voulais pas qu'il doute de ma confiance pour lui. J'avais entièrement et aveuglément confiance en lui. C'était d'ailleurs un parmi un petit nombre de personne en qui j'avais confiance. Lorsqu'il prononça son prénom, mon cœur s'arrêta de battre pendant quelques secondes. La douleur s'intensifia quelque peu. Je ne pouvais pas penser à Nate sans que mon cœur ne se brise. Mais je ne pouvais pas faire marche arrière, je devais me confier à lui. Non seulement j'en avais besoin, mais en plus je trouvais que c'était le bon moment. Qui mieux que Mattia saurait m'aider à trouver une solution ? « J'ai si peur Matt si tu savais... Je ne suis pas encore sûre, je n'ai pas fait les tests, mais j'ai du retard. »Je m'étais arrêtée un moment pour être sûre qu'il avait bien compris le sens du "retard". C'était difficile pour moi de lui expliquer la situation. J'étais aussi gênée. Ce n'était pas évident de parler de ce genre de choses avec un homme. « Je crois que je suis enceinte Mattia. Qu'est-ce que je vais faire ? Comment je vais m'en sortir ? » Je commençais à paniquer sur place. Je venait de réaliser moi-même l'ampleur des dégâts, rien qu'en parlant avec Mattia. Les dernières questions que je venais de poser m'étais plus adressée qu'à lui. Comment allais-je réellement m'en sortir ?



_________________


    ☮️ I WANT YOU TO STAY.
    Not really sure how to feel about it, something in the way you move. Makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. It's not much of a life you're living. It's not just something you take, it's given. Round and around and around and around we go. Ohhh now tell me now tell me now tell me now you know. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letterstojuliet.forumactif.org
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Jeu 30 Mai - 16:26


Comme toujours dès que l’on ce retrouve Isabella ce met enfin à sourire. C’est les seuls moments où je la vois sourire depuis toute cette histoire avec Nate. Elle est constamment triste et je déteste cette idée. Alors je fais de mon mieux pour lui changer les idées. Je veux juste la savoir heureuse. C’est mon but premier. Je voudrais savoir pourquoi elle m’avait appelé aussi subitement, mais la jeune femme tente de gagner du temps en me parlant de mes études. Je venais de lui faire savoir que je séchais un cours et surtout que je déteste la filière dans laquelle je suis. L’avis d’Isabella ne ce fait pas attendre. Comme beaucoup de mes amis elle me demande pourquoi je n’arrête pas. Je me retiens de soupirer. Comme si c’était aussi facile. Elle me dit de penser à moi, d’arrêter de me sacrifier pour ma famille. Nerveux je passe une main sur ma nuque. Je déteste aborder ce sujet. J’ai l’impression que personne n’est véritablement capable de comprendre pourquoi je fais tout cela. On dirait que cela n’as aucun intérêt. Alors que c’est loin d’être le cas. Je baisse un peu la tête et soupire légèrement. « Je peux pas abandonner même si j’en crève d’envie… Mon père va de moins en moins bien et il semblerait que ma sœur est pris le commissariat pour deuxième maison. » Je suis le seul qui reste encore dans le droit chemin. Le seul qui fait tout pour qu’on s’en sorte. Puis dans le fond je me dis que ma mère serait fière de moi. Elle serait du genre à dire a tout le monde que son fils chéri va devenir un grand avocat. Je fais tout cela pour eux et uniquement pour eux. « Et puis je fais ça pour ma mère aussi. Je veux juste qu’elle soit fière de moi, c’est tout. » Elle ne pourra plus jamais me le dire, mais je me suis mis en tête que mes études aussi grande soit-elle pourrait au moins m’amener ce sentiment. Je ne sais pas si Isabella va comprendre où je veux en venir, mais je préfère ne pas m’étaler sur le sujet. Je déteste parler de ma mère. A chaque fois, je me sens horriblement faible en pensant à cela. Il y a déjà trois ans qu’elle a disparue et je n’arrive toujours pas à l’accepter.

Enfin. Je change rapidement de sujet. Je n’aime pas spécialement parler de moi et de toute manière je vois bien que quelque chose ne va pas chez Isabella. Elle a beau sourire, il manque tout de même quelque chose. Je lui fais donc savoir le fond de ma pensé et la jeune femme semble presque gênée de voir que je l’ai grillé en seulement quelques secondes. Cela ne fait pas des années que l’on ce côtoie et pourtant je la connais déjà par cœur. Je suis capable de décrypter la moindre de ses actions et c’est bien pour cela qu’elle ne peut pas me mentir. La jeune blondinette me fait savoir qu’elle avait juste envie de passer du temps avec moi et cela me fait sourire. Que puis-je bien répondre à ça ? Je ne vais pas prendre ça pour un mensonge. Je me contente donc de lui sourire. Pas besoin d’épiloguer là-dessus. Pourtant je ne peux m’empêcher d’insister quelque peu. Je ne voulais pas parler de Nate mais son prénom est sorti sans que je le veuille vraiment. Je vois le visage de Bella s’assombrir et je suis prêt à me mettre une claque pour avoir osé parler de Nate. Je sais que cela est un sujet sensible pour la jeune fille. Des fois il faudrait que je réfléchisse un peu plus. Pourtant il semblerait que Bella est quelque chose à me dire. Je la vois hésiter et je commence à imaginer le pire. Finalement la jeune femme lâche sa bombe. Elle a peur d’être enceinte. Je crois que je m’attendais à tout, mais pas à cela. Je ne sais absolument pas quoi dire. Je crois que j’ai même la bouche ouverte. Mais il faut que je me reprenne et rapidement. Je secoue quelque peu la tête et pose mon regard sur mon amie qui semble paniquée. Sans rien dire je passe mon bras autour de ses épaules pour lui faire un câlin. Si elle est enceinte cela ne peut être que de Nate et aller savoir pourquoi cela me provoque un pincement au cœur. Pourtant j’essaye de ne pas penser à moi sur le coup. « Ca va aller Bella. » lui dis-je doucement. Je sais que c’est facile de dire cela, mais je ne vois pas trop quoi faire de plus pour l’instant. « Quoiqu’il arrive je serais là pour toi d’accord ? Tu pourras toujours compter sur moi, je te laisserais ne pas tomber. » Je dépose un baiser sur sa joue et la serre encore un peu plus contre moi. Ca me pèse un peu de dire cela, parce que c’est Nate qui devrait être à ses côtés, mais il n’y a rien que je ne ferais pas pour elle. « Tu devrais faire un test. Pour être sûre. Et après on verra. » Je sais que ce « on » n’as rien à faire là, je ne devrais peut être pas trop m’impliquer, mais je tiens trop à elle pour rester à l’écart.


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 393
A VERONE DEPUIS : 10/05/2013
AVATAR : dianna agron.
CREDIT : avatar (Bombshell) + signature ( tumblr).
JOB/ETUDES : étudiante en droit.
LETTRE SPECIALE :
STRONG ENOUGH TO LEAVE YOU, BUT WEAK ENOUGH TO NEED YOU. - you're looking in that mirror one day and miss my arms. How they wrapped around your waist. I say that you can love me again. Even if it isn't the case.


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Mar 4 Juin - 15:22


maybe you're the one.
Je m'inquiétais pour le jeune homme. Même s'il ne disait pas grand chose sur sa vie, ce qui était compréhensible puisque nous nous étions rapprochés que dernièrement, je pouvais sentir qu'il n'était pas au mieux de sa forme. Et pourtant, il me faisait passer avant ses soucis. Je n'avais pas besoin d'en savoir plus sur lui, pour savoir que c'était quelqu'un de bien que je ne voulais pas perdre. Il était aux petits oins avec moi, et jamais il ne m'avait rejetée pour x raison. J'avais énormément de chance de l'avoir à mes côtés, surtout maintenant. Je regrettais pourtant de ne pas avoir fais plus attention à lui auparavant. Il était peut être le meilleur ami de mon petit ami à l'époque, j'aurai du m'intéresser beaucoup plus à lui. Je me rendais compte que même lorsque j'étais en couple avec Nathanaël, Mattia avait toujours été là pour nous. Que ce soit pour les mauvaises ou les bonnes nouvelles, il était là pour nous consoler, nous soutenir ou nous féliciter. L'idée de l'avoir ici, près de moi malgré les récents événements me réconfortait énormément. « Je peux pas abandonner même si j’en crève d’envie… Mon père va de moins en moins bien et il semblerait que ma sœur est pris le commissariat pour deuxième maison. » Je ne m'étais pas attendue à entendre tout ça. Je savais qu'il avait des soucis de famille, notamment après le décès de sa mère, mais savoir que les choses empiraient me faisait de la peine. Je n'avais pas parlé tout de suite. Je voulais tellement l'aider, me rendre utile et le consoler pour lui dire que tout irait bien. Je voulais lui apporter ce sentiment de sureté qu'il me donnait quotidiennement. Je m'étais alors approchée de Mattia pour le prendre dans mes bras. « J'espère vraiment que ça s'arrangera rapidement, et si je peux faire quoique ce soit, n'hésite pas » J'étais sincère, je voulais vraiment lui faciliter les choses pour qu'il puisse se sentir à l'aise. J'étais aussi contente de savoir qu'il n'avait pas de mal à se confier auprès de moi. Je serrais mon étreinte tout en me surprenant à sentir le parfum du jeune homme. Que m'arrivait-il ? J'étais en train de penser à quelqu'un d'autre que Nate. Je m'en voulais de faire ça, mais quelque part je me sentais bien. « Et puis je fais ça pour ma mère aussi. Je veux juste qu’elle soit fière de moi, c’est tout. » Je pouvais le comprendre. Mattia semblait avoir été très proche de sa mère. Je l'enviais tellement pour ça. Ma mère m'avait abandonnée en partant de la maison parce que sa carrière médicale passait avant un enfant. Je m'étais reculée pour ensuite faire face à Mattia. Un sourire tendre aux lèvres, j'avais déposé ma main sur sa joue pour reprendre la parole d'une voix douce. « Je suis sûre qu'elle est déjà très fière de toi Mattia, tu es un garçon génial » Je n'avais pas besoin de rajouter quoique ce soit. J'étais persuadée qu'il n'avait pas besoin de poursuivre des études de droit pour rendre sa mère fière. Elle l'était déjà sûrement rien qu'en voyant ce qu'il était devenu : quelqu'un de bien.

Puis vint mon tour de lui annoncer la "bonne" nouvelle. L'idée de porter un enfant me terrorisait plus qu'autre chose. Ce n'était absolument pas le bon moment. J'essayais de me rassurer en me disant que rien n'était confirmé, que ce n'était peut être qu'un malentendu ou un dysfonctionnement de mon corps. Non pas que je ne voulais pas d'enfant, au contraire, je voulais en avoir. Mais pas maintenant, pas comme ça. Je n'étais absolument pas prête à assumer une grossesse alors que je n'étais encore qu'une étudiante. Je voulais avant tout une situation stable, et un couple solide avec un partenaire qui veut la même chose que moi. Non, ce n'était définitivement pas le bon moment. Perdue dans mes pensées, Mattia m'attira contre lui en passant son bras autour de mon épaule. Ce geste me fit sourire. Il était décidément adorable avec moi. J'avais pourtant bien vu qu'à l'annonce de cette nouvelle, il avait mis du temps à réagir. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais ce n'était peut être qu'un détail dans ma tête. « Ça va aller Bella. » Même si cela semblait n'être que de simples mots, pour moi c'était beaucoup. Savoir qu'il ne me jugeait pas, et qu'il essayait de me comprendre m'aidait énormément. « Qu'est-ce que j'aurai fais sans toi Mattia, heureusement que tu es là » Comment ne pas tomber sous le charme de Mattia ? Non vraiment, comment ? Je me rendais compte que nous étions vraiment complices et proches, chose que je ne voulais pas perdre. Pas lui, pas maintenant. Et même quand je pensais le faire fuir avec mes peurs, il m'avait surprise encore une fois. « Quoiqu’il arrive je serais là pour toi d’accord ? Tu pourras toujours compter sur moi, je te laisserais ne pas tomber. » Tout le monde devrait avoir un "Mattia" dans sa vie. Tout le monde devrait avoir la chance d'être épaulé et soutenu ainsi par quelqu'un. Moi je l'avais cette chance, et je ne comptais pas la laisser partir aussi facilement. « Mattia Costantino, tu es mon héros » Et ce n'était pas faux, il me sauvait à chaque fois pour me remonter le moral et me montrait que tout allait bien se passer. « Tu devrais faire un test. Pour être sûre. Et après on verra. » Il n'avait pas tort, il fallait que je fasse le test pour être fixée et sûre pour la suite. Mais j'avais peur du résultat. Peur de voir ma vie basculer du jour au lendemain. Et surtout, peur de me retrouver toute seule. J'avais croisé le regard de Mattia pour reprendre timidement la parole. « Est-ce que ce serait trop te demander de venir avec moi ? Je veux pas être seule au moment du test, et il n'y a qu'en toi que j'ai réellement confiance. » J’espérais vraiment qu'il accepterait. Je savais que je pouvais compter sur lui n'importe quand, et il venait de me dire lui même qu'il ne me laisserait pas tomber. Plus le temps passait, plus Mattia avait de l'importance à mes yeux. Il faisait désormais parti de ma vie, et je ne voulais pas que ça change.



_________________


    ☮️ I WANT YOU TO STAY.
    Not really sure how to feel about it, something in the way you move. Makes me feel like I can't live without you. It takes me all the way. I want you to stay. It's not much of a life you're living. It's not just something you take, it's given. Round and around and around and around we go. Ohhh now tell me now tell me now tell me now you know. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letterstojuliet.forumactif.org
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   Lun 10 Juin - 13:32


S’il y a bien une chose que je déteste par dessus tout c’est de parler de moi et plus particulièrement de parler de ce qui peut bien se passer dans ma famille. Non je ne déteste pas mes parents, bien au contraire, mais depuis le décès de ma mère tout va de travers. Elle était notre pilier, celle qui nous permettait de rester dans le droit chemin. Aujourd’hui, trois ans après sa mort, rien ne va plus. Mon père ce laisse vivre et se réfugie de plus en plus dans l’alcool tandis que ma petite sœur fait tout pour nous prouver qu’elle existe. Sa dernière connerie en date nous as quand même emmené à passer la soirée et un bout de la nuit au commissariat. Il a fallut que je me batte pour qu’il la laisse sortir et je n’ai même pas eu le droit à un merci. Non elle avait claqué la porte de sa chambre en rentrant à la maison et depuis elle ne m’adresse plus la parole… Je sais qu’en parler pourrait m’aider à y voir plus clair, mais je ne veux surtout pas que les gens ce mette à avoir pitié de moi. Et quand je dis les gens, je pense particulièrement à Isabella. Pourtant, je lui livre un petit bout de ma vie. Sans vraiment réfléchir. La jeune femme semble assez surprise d’entendre tout cela et sans que je m’y attende elle finis par me prendre dans ses bras. Il n’y a rien de pire pour que je devienne encore plus nostalgique. Pourtant j’essaye de ne rien montrer. Elle me propose son aide et je lui offre un petit sourire. Pour mon père, malheureusement il n’y a plus rien à faire, personne ne pourra lui ramener la femme de sa vie, mais pour ma sœur en revanche. « Si t’es super douée pour parler à une adolescente de dix-sept ans, je dis pas non. » lui dis-je alors en riant quelque peu. Qui sait. Peut être que Lia serait plus enclin a parler avec une femme parce qu’il est clair que c’est ce qui lui manque. Je parle également de ma mère à Bella et je crois bien que c’est la première fois que je le fais. La blondinette m’assure que cette dernière doit être très fière de moi qu’importent les études que je fais et je me contente de lui sourire pour la remercier.

Le reste de la conversation ne sera pas aussi légère. Après un long moment d’hésitation, Isabella finis par m’apprendre ce qui la stresse autant ces derniers temps. Il semblerait qu’il y est de forte chance pour qu’elle soit enceinte. Je prends la nouvelle comme un coup de massue. Il n’y a absolument rien de sûr pour l’instant, mais aller savoir pourquoi je ressens un pincement au cœur en pensant qu’Isabella peut sûrement être enceinte de Nate. C’est comme prendre une bonne claque. Mais très rapidement je me reprends. Ce n’est pas le moment de penser à moi. Il faut que je rassure Isabella qui panique totalement à mes côtés. Sans réfléchir plus longtemps, je la prends dans mes bras. Elle se blottit contre moi et c’est de manière assez simple que je lui dis que tout ira bien. C’est plus facile à dire qu’à faire, je le sais parfaitement, mais c’est bel et bien la seule chose qui me traverse l’esprit à cet instant. Je veux juste la rassurer et lui montrer que je serais toujours là pour elle. D’ailleurs, je m’empresse de lui dire. Isabella lève le regard vers moi et ces paroles me font sourire. Je la serre un peu plus contre moi avant de lui dire : « Dit pas de bêtises, tu t’en sortirais très bien sans moi aussi. » Oui je déteste qu’on me fasse des compliments. Alors je m’en sors toujours avec une pirouette même si dans le fond je suis profondément toucher par ses paroles. Elle me dit que je suis son héros et j’ai presque l’impression de rougir. C’est idiot, mais bon. Un instant, je réfléchis et finis par lui dire qu’il faudrait qu’elle fasse un test de grossesse pour être sûr et certaine de son avenir. Et une nouvelle fois elle me surprend. Elle voudrait que je vienne avec elle et d’un seul coup je me sens mal à l’aise. Je ne sais vraiment pas comment je pourrais réagir s’il s’avère qu’elle est véritablement enceinte. Je baisse un peu les yeux et me racle la gorge. Je voudrais pas qu’elle voit mon malaise, mais je crois que c’est déjà trop tard. Alors j’essaye de me rattraper. « Je viendrais avec toi. » lui dis-je tout en lui souriant timidement. Je dépose un baiser sur sa tempe et vais poser mon dos sur le tronc d’arbre derrière nous. « Je sais que tu veux pas parler de ça, mais… Aucunes nouvelles de Nate ? » J’ai beau lui en vouloir pour ce qu’il a fait à Isabella, il reste mon meilleur ami et après deux semaines il commence à me manquer cruellement. J’aimerais bien passer la soirée avec lui, l’entendre me parler d’Isabella pendant que je passe mon temps à me plaindre d’Alessia. Ou même juste jouer à la playstation. J’ai juste besoin de mon meilleur ami…

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ❥ maybe you're the one.   

Revenir en haut Aller en bas
 

❥ maybe you're the one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
letters to juliet :: III - lettre à juliette. :: UNIVERSITA DEGLI STUDI DI VERONA :: PARC-