AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 maybe next time » Mattia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: maybe next time » Mattia    Mar 4 Juin - 15:22

« Ah te voilà enfin toi! » rugis-je en entrant dans la bibliothèque sans ménager les grandes portes en bois. Le surveillant des lieux m'envoie un regard noir que j'ignore délicatement tout en continuant ma traversée de la salle perchée sur mes hauts talons. Mon objectif? Le beau brun qui est assis à une table et qui vient de tourner la tête pour faire comme s'il ne me connaissait pas. « Fais pas genre! » Une voix vive m'arrête dans mon élan. « Mademoiselle Martini! Vous êtes dans une bibliothèque! » Je me retourne vers le surveillant et lui lance un sourire plus qu'hypocrite. Puis je reprends ma marche vers la table de Mattia où je me laisse tomber sur une chaise sans faire attention au bruit que fait mon sac lorsqu'il touche le sol. « Espèce de... Ca te fait rire en plus! » Le regard noir et les sourcils froncés, je me jette sur le sac de Mattia, ignorant son "Eh!" puis fouille dedans pour retrouver mon livre de biologie. Je soupire tout en secouant la tête. « Bâtard. »

Ne somme nous pas un peu vieux pour ce genre d'idioties? Se voler des affaires, entrer en trombe dans une bibliothèque avec la ferme intention de crier après son "meilleur ami"? Si j'en crois mon père je suis même trop vieille pour être encore aux études. Lui il aimerait que j'ai un job à temps plein qui paie bien ou pas. Il fait partie de ces italiens qui pensent qu'une femme n'a pas à faire des études pour être une bonne cuisinière... Nous sommes clairement trop vieux pour se retrouver dans une bibliothèque à venger nos petites histoires d'adolescents. Je jette un regard à Mattia qui se retient de rire. « Tu devrais savoir que quand une blonde se venge c'est pas beau à voir. » J'ouvre mon livre de biologie et attrape mon stylo fétiche dans mon sac avant de retirer mon gilet, laissant dévoiler mon décolleté exprès mis en valeur. La vraie raison ait que je n'ai pas eu le temps de me changer ce matin en partant de chez cet inconnu et donc j'ai dû venir en cours habillée comme une trainée alors qu'en général j'évite ce genre de situation. Les regards autour de nous nous lâchent enfin et je me penche quelque peu vers le jeune homme en chuchotant. « File moi tes notes de littérature s'il te plaît. » C'est la seule branche que nous avons encore en commun et aussi une branche dans laquelle je suis loin d'exceller.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Jeu 6 Juin - 15:36


Une heure. Cela fait déjà une heure que je suis assis dans cette bibliothèque et que j’essaye désespérément de me concentrer sur mon prochain devoir de droit. J’ai choisi cette voie plus par dépit que par envie et c’est bien cela le problème… Je déteste le droit. Je déteste avoir à apprendre tout un tas d’article de lois pour finir par résoudre un truc qui me semblait logique depuis le début. Enfin. J’essaye donc de rédiger mon analyse d’arrêt, mais rien ne me viens. Je songeais sérieusement à partir lorsqu’une voix que je connais plutôt bien finis par m’interpeller. Je relève rapidement la tête pour confirmer l’identité de la personne et finis par regarder ailleurs. Manquait plus qu’elle tient. Alessia. Elle n’est pas vraiment mon amie, mais pas vraiment mon ennemie non plus. On se connaît depuis notre plus tendre enfance et depuis on ne cesse de se chercher. A croire que c’est notre jeu préféré. Et aujourd’hui elle semble particulièrement énervée. Je me pince les lèvres pour ne pas rire et évite particulièrement son regard. Elle m’interpelle de nouveau et le responsable de la bibliothèque finis par lui rappeler qu’elle se trouve dans une bibliothèque. J’ai envie de me tourner vers le pauvre garçon pour lui apprendre que ce n’est pas cela qui arrêtera la blondinette. Je sais parfaitement pourquoi elle m’en veut, mais je fais vraiment comme si je ne la connaissais pas du tout. Ce qui semble l’énerver encore un peu plus. C’est lourdement qu’elle se pose sur la chaise en face de moi. « Moi aussi je suis contente de te voir Alessia. » lui dis-je tout en souriant. En deux secondes elle me pique mon sac et malgré une protestation de ma part elle commence à fouiller dedans pour trouver son livre de biologie que je lui avais piqué la veille alors qu’elle discutait avec une de ses amies dans les couloirs de l’université. Elle m’insulte et je secoue la tête. A croire qu’on ne s’arrêtera jamais tous les deux. On pourrait nous prendre pour des enfants de cinq ans avec notre comportement, mais ce n’est pas quelque chose qui nous dérange dans le fond.

La jeune femme finit par se calmer et s’installe un peu plus confortablement sur sa chaise tout en ôtant sa veste. Bien entendu, je ne peux m’empêcher de notifier son décolleté. Elle a beau me sortir par les yeux la plupart du temps, je ne peux pas nier le fait qu’elle est tout simplement magnifique. Enfin faudrait peut être que je ferme la bouche avant qu’elle me fasse une nouvelle remarque. Alessia me parle de vengeance et je reviens violemment sur terre en croisant son regard. « Je n’ai pas peur de toi ma belle. » Ca fait dix ans qu’on se venge non-stop tous les deux alors je n’ai vraiment peur de rien avec elle. Même si je sais que je vais tout de même rester sur mes gardes. On ne sait jamais après tout. J’allais me remettre dans mon travaille lorsqu’elle finit par me demander si je ne pouvais pas lui donner mes notes de littérature. C’est le seul cours que nous avons en commun et heureusement d’ailleurs sinon je crois qu’on finirait par s’entretuer. Je lève les yeux vers elle en affichant un sourire moqueur. « Crève. Fallait écouter. » Oui je suis méchant. Mais elle a l’habitude après tout. Pourtant elle ne lâche pas l’affaire et me lance un terrible coup de pied sous la table. « Aïe » lâchais-je tout en me mordant la lèvre pour ne pas faire trop de bruit. Je récupère mon sac à dos et fouille rapidement dedans pour retrouver mes cours. Je place mes feuilles devant moi et regarde mon amie. « J’ai le droit à quoi en échange ? »

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Jeu 6 Juin - 18:30

Un jeu. Un simple et pur jeu entre Mattia et moi. Allez savoir pourquoi d'ailleurs. On s'est toujours haï jusqu'à présent. Maintenant, au lieu de se faire la guerre, une espèce de situation ambiguë s'est installées. Un genre de jeu chat et chien. On s'adore autant qu'on se déteste et on est tout simplement incapables de parler sérieusement ou de ne pas se prendre la tête. Typiquement hier, on avait changé quelques paroles banales en cours de littérature mais peine ai-je eu le temps de me dire que c'était un miracle qu'on n'en soit pas arrivé aux insultes, que le jeune homme m'a volé mon livre de biologie. Le genre de chose que l'on fait quand on a dix ans. Et encore. Mais des fois, mes petites vengeances sont encore plus puériles. Maintenant, je préfère jouer la carte de la séduction. Faire exprès de le draguer - ou du moins essayer - ou de réajuster ma jupe ou mon haut devant lui, battre des cils ou passer une main dans mes cheveux. Même si je le surprends des fois à s'attarder sur mon décolleté je ne pense pas que mon petit jeu marche plus que ça.

Le beau brun me répond par une raillerie. Depuis quand on se salue nous deux de toute manière? Je ne me rappelle pas l'avoir entendu me dire une seule fois "salut Alessia, comment vas-tu?" non définitivement pas notre truc. Apparemment ce cher Mattia n'a pas peur de ma prochaine vengeance. Je me lance donc le défi de me surpasser pour lui prouver le contraire. « Tu vas voir ce que tu vas voir Costantino. » dis-je les yeux plissés. Je risque même de demander de l'aide pour vraiment lui faire une crasse au top du top. Je ne regarde pas le surveillant mais je sens son regard dans mon dos donc je décide de m'assoir correctement et de sortir mes affaires pour étudier. On a un devoir de littérature et je suis loin d'être douée dans cette branche alors que Mattia, si. A peine lui ai-je demandé de me filer sa copie qu'il se moque de moi. Je lève un sourcil. « J'étais trop occupée à observer ton dos pour écouter... » Je me pince la lèvre avant de le voir sortir une feuille. Homme faible. Il me demande ce qu'il a en échange et je fais mine de réfléchir. « Tout ce que tu veux. » ... et j'insiste bien sur le "tout" lourd en sous-entendus. Je saute sur sa feuille et la lui vole. Mon Dieu, le faire dans une bibliothèque serait juste le paradis. Bref, je divague. Je sors une feuille blanche et pose celle de Mattia à côté pour essayer de voir ce que je pourrais changer pour que ça sonne moins... Mattia et plus... Moi. « T'écris comme un cochon. » Je croise mes jambes sous la table et frôle celle du jeune homme. Mon front appuyé sur mes mains, je fixe ma feuille tout en remontant gentiment mon pied vers l'entre jambe de Costantino. Je sais, c'est mal d'attaquer un homme à ce niveau mais il m'a cherché. « Intéressant... » soufflais-je en me pinçant la lèvre, les yeux toujours rivés sur la feuille alors que mon pied remonte toujours plus entre les jambes du jeune homme.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Jeu 6 Juin - 21:17


Personne n’arrive à comprendre notre relation avec Alessia et dans le fond c’est peut être bien cela qui me plaît le plus. C’est inexplicable. Un jour on peut être plus ou moins gentil l’un envers l’autre et le lendemain on se traite de tous les noms juste pour le plaisir. Il y avait eu cette soirée. On avait finis par se retrouver tous les deux et on avait réellement réussi à discuter. De tout et de rien. Nous n’avions engagé aucun sujet trop personnel. Je ne lui avais pas parlé de ma fille et elle ne m’avait pratiquement rien dit sur elle. On avait parlé potin sur l’université ou plus simplement de chose que nous apprécions dans la vie. Cela avait été assez bizarre, mais on c’était vraiment bien entendu ce soir là. Jusqu’à ce que quelqu’un aille s’asseoir non loin de nous. En cinq minutes, on avait retrouvé nos habitudes et c’est limites en l’insultant que j’avais finis par quitter la soirée. Enfin… Aujourd’hui Alessia est plutôt de mauvaises humeurs. Tout cela parce que j’avais voulu lui faire une petite blague en lui volant son livre de biologie. Oui je sais, c’est totalement puérile comme action. Même ma petite sœur n’agis plus comme cela depuis longtemps, mais j’avais eu envie de l’embêter et sur le coup c’est la seule chose que j’avais trouvé alors bon… Et puis il semblerait qu’elle soit décidée à rester un peu avec moi, ce qui je dois l’avouer, va bien me sauver de mon ennui. La jeune femme se met à son aise et je fais de mon mieux pour ne pas loucher sur son décolleté. Et oui, parfois je suis un homme faible. Que voulez vous.

La blondinette me menace quelque peu et je me retiens d’exploser de rire. Comme si elle pouvait réellement me faire peur. Bon des fois, je me méfie d’elle tout de même, mais il ne faut pas exagérer non plus. Elle me dit que je verrais sa vengeance de près et je me contente d’hausser les épaules. Et bien j’ai tout simplement hâte de voir cela. La connaissant cela ne tardera pas à arriver. Je ferais juste attention durant les prochains jours. Alessia finis par me demander mes notes de littérature et je soupire. Elle prétexte avoir été trop occupée à observer mon dos pour écouter notre vieux professeur et cette fois je ne peux me retenir de rire. Ce qui me vaut un regard noir de la part du responsable. Oh mais il commence à nous faire chié celui-là. Enfin. Je sors ma feuille et demande à Alessia ce que j’ai le droit en échange. Sa réponse me fait sourire. « Tout ce que je veux vraiment ? » lui demandais-je alors. Je vais finir par la prendre aux mots si ça continue. La jeune femme me vole ma feuille et je la regarde un instant en souriant. Mon dieu un jour elle va me tuer en me cherchant comme ça. Elle ce plaint et bien entendu je ne peux retenir la remarque : « Mais si t’es pas contente va demander à quelqu’un d’autre. » Elle m’énerve. C’est toujours comme ça. Je l’aime bien et cinq minutes plus tard je peux plus la voir en peinture. Un véritable paradoxe. Elle sort une feuille et commence gentiment à pomper mon devoir. « Va y inspire toi ! » lançais-je alors un peu froidement. Heureusement que la littérature est le seul cours que nous avons en commun. La jeune femme croise ses jambes et je sens son pied remonter sur mon mollet puis se placer entre mes cuisses. Un instant j’essaye de rester concentrer sur mes cours, mais ça devient vite impossible. Je passe ma main sous la table et attrape sa cheville. « Oublie vite cette idée Martini ! » Bon je n’aurais rien contre l’idée de coucher avec la jeune femme, mais je crois que ce serait nous précipiter encore plus violemment contre le mur.

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 4:12

Je suis née dans une famille quelque peu étrange. C'est papa qui faisait la loi, étant donné que c'était un de ces gros macho comme on peut en trouver partout dans le monde mais surtout en Italie. Maman n'était pas sensée travailler mais elle était rarement à la maison pour éviter de passer du temps avec son mari. C'est donc toute seule que j'ai dû me faire. Je me suis occupée de ma petite soeur comme si elle était mon propre bébé et je me suis toujours battue contre mon père pour m'imposer. Je suis loin d'être comme ma maman à me laisser faire. Ce qui fait de moi une battante. J'ai gardé ce petit trait de caractère parce que clairement je n'aime pas qu'on me résiste, qu'on me tienne tête. Hier soir même en partant chez Enzo, je savais déjà ce que j'avais envie qu'il se passe durant la soirée et j'avais obtenu ce que je voulais.

Mattia est le seul à me résister. Des fois, je le vois un peu comme mon père à ce niveau là. Je vais repousser ses limites ainsi que les miennes pour qu'il voit qu'on me marche pas sur les pieds. Et je pense qu'au delà de cette petite gueguerre qu'on se mène, c'est bien ça mon but; le faire craquer. Il semble si sûr de lui, il prend tout sur ses épaules mais comme toute personne il a sûrement ses faiblesses. J'en connais une ou deux mais elles sont minimes. On a beau se connaître depuis plusieurs années, on n'a jamais parlé de nos vies personnelles. A-t-il un frère ou une soeur? Aucune idée. Est-il amoureux d'une fille? J'en sais rien. Ses parents sont-ils divorcés? No idea. Mais peut-être qu'un jour j'arriverais à toucher le bon point pour qu'enfin j'obtienne ce que je veux et là en ce moment même c'est pas vraiment connaître l'histoire de sa famille qui m'intéresse. Sauf que Mattia m'attrape la cheville. Ce qui est sexy en premier plan mais quand j'entends ses paroles je lève les sourcils, presque estomaquée. Je le regarde quelques secondes avant de coincer sa feuille de littérature dans mon livre de biologie. Je plie mes affaires, accroche mon sac sur mon dos et attrape ma veste pour me lever et traverser la bibliothèque à grandes enjambées. Tout comme quand je suis arrivée. Je lance un regard au surveillant qui a l'air désemparé face à mon manque de politesse et de sens de vie. Quand les grandes portes se referment derrière moi, je vais directement vers mon casier et l'ouvre grâce au code. Un code bien facile. Je range mes affaires de littérature et attrape celles de mathématiques puis me met à fixer la photo de ma soeur et moi que j'ai accrochée dans la porte intérieure du casier. Certains disent qu'on se ressemblent mais comme c'est ma soeur, je ne vois pas trop ces ressemblances. Ah et elle qui n'arrête pas de me charrier à propos de Mattia. Elle me donne presque envie de vomir quand elle me parle de sentiments et d'autres conneries du style. Je sursaute tout d'un coup, faisant volte face pour coller mon dos contre mon casier, une main sur le coeur. « Costantino! » soufflais-je encore surprise. J'évite très rapidement son regard. Je sais qu'il veut sa feuille. Je lui tourne le dos et fait mine de chercher quelque chose dans mon casier.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 10:56


Je vois bien qu’Alessia cherche à me pousser à bout. Elle veut vraiment tout faire pour que je craque. Dans le fond je me demande pourquoi elle cherche à faire tout cela. Qu’elle est sont but final. Cela fait des années que l’on joue à ce jeu stupide, en aurait-elle marre de moi à la fin ? Me pousse-t-elle à la faute pour me sortir totalement de sa vie ? Je n’en sais trop rien. Je beau clamer haut et fort que je la déteste dans le fond elle me manque lorsque je ne la vois pas pendant une semaine. Chose qui arrive rarement il faut tout de même l’avouer. L’université de Vérone n’est pas très grande et nous fréquentons pratiquement le même type de personne ce qui fait que nous finissons toujours par nous retrouver. Que ce soit en cours ou lors d’une soirée. A chaque fois, on trouve un nouveau moyen pour ce faire comprendre notre haine. Ma petite sœur ne cesse de me dire que cela cache quelque chose. Nate tenait le même discours auparavant. Pour lui j’aime bien trop Alessia pour la laisser partir. Pour moi cette idée est totalement absurde. Et cela ce confirme une nouvelle fois lorsque la blondinette tente de me faire craquer en laissant son pied ce faufiler entre mes jambes. Depuis quelques années nous sommes passés à un autre stade de perversion dans notre jeu sans fin. Nous avions finis par grandir et la séduction c’était presque naturellement mis en place. C’est à qui frustrera l’autre en premier. Sauf qu’aujourd’hui cela ne marchera pas. Enfin je vais pas cacher qu’elle me fait de l’effet, mais très rapidement je remet mes idées en place et lui attrape la cheville sous la table pour la stopper dans son mouvement. Mes paroles lui font comprendre qu’elle ne pourra pas aller plus loin et d’un seul coup la jeune italienne semble complètement abasourdie par ma réaction. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à cela. D’un seul coup et plutôt rapidement, Alessia range ses affaires et en moins de deux minutes elle a disparue de mon champs de vision. Bah merde alors… Je l’ai vexée ? C’est bien la première fois qu’elle réagit de cette manière avec moi. Habituellement j’aurais laissé couler, mais là je me sens presque coupable et je n’aime pas vraiment cela. Et puis de toute manière elle est partie avec mes cours. De toute façon, j’ai plus vraiment envie de bosser. Comme si j’avais déjà eu l’envie de le faire. Je range à mon tour mes affaires et finis par sortir de la bibliothèque. Un instant je me demande où elle a bien pu disparaître et bien entendu je la retrouve devant son casier. « Bah alors t’es vexée ? » lui demandais-je sans vraiment me rendre compte que je venais de lui foutre la trouille de sa vie. Elle hurle presque mon nom et pose une main sur mon cœur. Je ne suis pas vraiment désolé pour cela en tout cas. Elle me tourne à nouveau le dos et je fronce les sourcils. « Je peux savoir ce qui te prends d’un seul coup ? » Cela fait un moment que je ne lui avais pas parler aussi gentiment, mais elle m’intrigue d’un seul coup. « Tu voulais faire une partie de jambe en l’air à la bibliothèque ? » J’aurais peut être dû éviter ce trait d’humour vu le regard qu’elle me lance.

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 16:39

Pourquoi je me suis enfuie? Très bonne question. Je connais la réponse mais je n'ose pas me l'avouer. J'ai l'habitude qu'en un battement de cils, tous les hommes que je veux tombent à mes pieds. J'ai essayé d'en faire de même avec Mattia mais peu importe mon décolleté ou mon pieds caressant son entre jambe, il m'a repoussé comme un laideron. J'ai bien du mal à accepter qu'il soit le seul homme que je n'ai jamais réussi à mettre dans mon lit. Notre relation est assez bizarre, avouons le mais le "angry sex" c'est bien aussi non? Me sentant passablement rabaissée dans mon égo, je quitte donc la bibliothèque en prenant soin d'emporter mes affaires ainsi que celles du jeune homme avec moi. Arrivée à mon casier, je me laisse un peu envahir par une certaine mélancolie. Le genre de mélancolie que je partage uniquement avec ma soeur. Savoir que n'importe quel garçon tombe sous mon charme est gratifiant, ça compense un manque d'affection évident de la part de mes parents ou de la gente masculine. Allez savoir pourquoi, je préfère être le jouet d'un homme plutôt que d'être invisible à leurs yeux. Coucher avec Mattia serait peut-être bizarre mais je pense que j'aurais été du genre à nous laisser nous déshabiller et au moment tant attendu à attraper mes affaires et à le laisser en plan avec ses bijoux de famille. Mais rien de tout ça n'est arrivé. Je me retrouve dans ce couloir ou je fourre mes livres dans mon casier quand Costantino me prend par surprise en arrivant derrière moi. Je lui tourne le dos et ignore du mieux que je peux ses railleries jusqu'à ce qu'il me demande si je comptais coucher avec lui dans la bibliothèque. Je lâche un petit rire ironique avant de me retourner, dos calé contre mon casier. Un sourire espiègle étire mes lèvres. « A vrai dire oui... C'était dans mes plans mais quand j'ai senti ce que tu avais entre les jambes je me suis dis que ça serait une perte de temps. » Sérieusement Alessia? C'est tout ce que tu as trouvé? L'attaquer sur la taille de son... Non mais tu es tombée bien bas ma pauvre fille. Je soupire et me retourne pour prendre la feuille qu'il m'a prêté quelques minutes au paravent. Boudeuse, je lève légèrement les yeux vers lui. « Pourquoi tu es le seul mec qui ne craque pas devant moi? » Est-ce vraiment le moment de parler de choses sérieuses et personnelles comme ça? J'hausse les épaules comme pour répondre à ma question.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 17:40


A vrai dire, j’ai réellement du mal à comprendre pourquoi la jeune femme a pris la fuite. Après tout, je lui est juste demander d’arrêter son petit jeu comme pratiquement à chaque fois. Je pensais qu’elle allait continuer justement. Dans le seul optique de m’énerver. Mais au lieu de cela, elle a tout simplement pris la fuite. Ce qui assez surprenant de sa part il faut l’avouer. C’est bel et bien la première fois que je vois Alessia abandonner sa cible et j’en suis tellement surpris que je reste la bouche ouverte un instant après son départ. Il ne me faudra pas longtemps pour décider de la rattraper. Habituellement je ne l’aurais jamais fait, mais je ne sais pas, il y a quelque chose dans sa réaction qui m’interpelle et j’ai envie de connaître le fin mot de cette histoire. C’est donc plus déterminé que jamais que je récupère mes affaires et quitte la bibliothèque pour rattraper mon amie. Je retrouve cette dernière la tête la première dans son casier. Sans vraiment le vouloir je lui fait peur et je m’excuse avec un sourire chose qui ne semble même pas la toucher. D’ailleurs elle me tourne le dos et je fronce les sourcils. J’ai encore un peu plus de mal à comprendre où elle veut en venir à la fin. Depuis toujours on joue ensemble et maintenant on dirait qu’elle semble presque blessée par ma réaction et je n’aime pas vraiment cela. Je n’y vais donc pas par quatre chemins et finis par lui demander si elle avait l’intention de coucher avec moi dans cette bibliothèque. Oui j’aurais pu faire cela de manière un peu plus… Galante, mais avec Alessia je ne me gêne vraiment pas. La jeune femme finis par se retourner et me lance une remarque plutôt blessante il faut l’avouer. C’est assez petit de m’attaquer sur ce genre de chose. Comme si j’étais l’un de ses machos qu’elle a l’habitude de draguer. Oui je ne suis pas indifférent aux charmes des femmes, mais je ne suis pas vraiment du genre à coucher avec n’importe qui, juste comme ça, juste pour un soir. Bon ça m’arrive, je ne vais pas le cacher, mais en général c’est parce que j’ai bien trop bu. Enfin. Je jette un regard noir à la blondinette et soupire. « Si tu crois que tu va me blesser avec ça… » finis-je par lui répondre. Je n’ai même plus envie de rentrer dans son jeu d’un seul coup. Ca m’énerve c’est tout. Alors que j’allais récupérer mes affaires pour lui tourner le dos, la jeune femme me pose une question que je n’attendais vraiment pas. Elle me demande pourquoi je suis le seul qui résiste encore et toujours face à elle. Je suis assez étonné de sa question, mais j’estime qu’elle a tout de même le droit à une réponse. « T’as beau être jolie, ce genre de drague ça prends pas avec moi. » On dirait qu’elle n’attends qu’une seule chose que je couche avec elle et que je la jette par la suite. Et c’est bien le genre de chose que je déteste faire. Surtout de mon plein gré et sobre. A mon tour, je prends appui sur le mur de casier et fixe un instant la jeune femme. Elle à l’air… Fragile d’un seul coup. « Surtout quand tu viens me dire que j’ai rien entre les jambes cinq minutes après. » ajoutais-je juste pour lui faire remarquer que malgré tout je n’ai pas aimé sa remarque. Oui je suis un mec avant tout, j’ai un égo surdimensionné à ce niveau-là. « Et ça m’étonnerait que ce soit VRAIMENT une bonne idée tu vois… »

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 18:00

Putain mais qu'est-ce qui ne tourne pas rond dans ma caboche depuis dix minutes? Ce n'est pas la première fois que Mattia repousse mes avances exagérées, c'est même notre jeu préféré mais allez savoir pourquoi, je me sens blessée et mon égo en a pris un coup. Ce matin encore je me suis réveillée dans le lit d'un autre et j'ai filé en douce en emportant mes affaires sous le bras. Je me suis toujours contentée de ce genre de relation mais depuis le rejet de Mattia dans la bibliothèque, je me surprends à vouloir un câlin. Pas le genre le câlin comme les hommes m'en font d'habitude mais un vrai simple câlin. Se sentir protégée et en sécurité. Et surtout, je vis très mal le fait que Mattia m'ai repoussé une énième fois.

Pour cacher ma soudaine mélancolie, je fais une blague sur son entre jambe. De très mauvais goût, je l'assume. Taquiner un italien sur ce genre de chose n'est vraiment pas la bonne chose à faire. Mattia prend la mouche et me tourne le dos mais au dernier moment, je m'assagi quelque peu et lui demande pourquoi. Pourquoi on ne s'est jamais retrouvé dans un lit. Après tout, les personnes qui se détestent et qui couchent ensembles ont des parties de jambes en l'air incroyables à ce qu'il paraît... Mais apparemment, ça ne lui a jamais frôlé l'esprit. Je plisse un peu les yeux et pousse un soupir ironique en l'entendant dire que même s'il me trouvait jolie, il n'était pas attiré par ce genre de drague. « Bla bla bla. Tu restes un... Attends, tu viens de dire que je suis jolie? » Je rembobine la scène dans ma tête. Effectivement, il a bien dit qu'il me trouvait jolie. Au lieu de partir, Mattia pose son épaule contre un casier en face de moi et j'en fait de même, croisant les bras sur ma poitrine. Il me fait une remarque par rapport à ce que j'ai pu dire avant. Ah les hommes. J'hausse les épaules. « J'ai jamais touché, je peux pas savoir! » Je prends un air malicieux mais évidemment, mon sourire disparaît en l'entendant dire que ça ne serait pas vraiment une bonne idée. On n'est pas d'accords la-dessus. Ah mon Dieu, qu'est-ce que j'aimerais lui prouver là, maintenant, ici qu'entre nous ça pourrait être explosif au lit. Mais je suis trop fière pour aller dans son sens. « Ouais et puis, tu as d'autres chats à fouetter. Enfin... Tu vois ce que je veux dire. » Je lui fais un petit sourire. Putain un sourire timide. Je remets une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de glisser ma main dans mon casier entre deux livres pour prendre la feuille de Mattia et la lui donner. « Tu n'es pas comme le mec de cette nuit au moins... » soupirais-je. Non, là faut que j'arrête. D'un claquement qui résonne dans tout le couloir, je referme la porte de mon casier et accroche la sangle de mon sac sur mon épaule. « Tu vas à la fête de Petra ce soir? » demandais-je à tout hasard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Ven 7 Juin - 20:49


La réaction d’Alessia est assez surprenante, mais j’essaye de ne pas me formaliser. Je sais que cette fille cache quelque chose sous sa carapace. Ce n’est pas normal, enfin je veux dire, une femme ne peut pas réellement aimer se faire prendre pour un objet par les hommes. Ce n’est tout simplement pas humain. Peut être qu’elle n’as pas beaucoup d’estime d’elle même, mais je ne pense pas que se soit à ce point là tout de même. Ou alors se serait réellement inquiétant. Oui parfois je la déteste, mais dans le fond je l’aime bien cette blondinette. Enfin… Elle me demande pourquoi je n’ai pas encore craquer. Pourquoi je n’ai pas encore finis dans son lit. Il faut avouer que c’est une très bonne question. Après tout cela fait des années que l’on se tourne autour et des mois que l’on se drague sans vraiment ce cacher. La logique des choses auraient voulu que tout cela se termine dans un lit. Bref. Je finis par lui faire savoir que malgré le fait je la trouve très jolie, je n’aime pas vraiment ce genre de technique de drague. Et là c’est comme si j’avais dit la chose la plus absurde du monde. On dirait que je viens de la frapper tellement elle à l’air surprise. Je hausse les épaules à sa question. « Ca paraît si étonnant que ça ? » Je veux dire c’est pas la première fois qu’elle me voit loucher dans son décolleté et puis c’est tout de même assez souvent que je la regarde intensément pendant les cours de littérature. Oui elle ne me laisse pas indifférent et je ne vais pas le cacher. Bien sûr que j’aimerais bien la mettre dans mon lit, mais je crois que je l’estime un peu trop pour faire ça vite fait bien fait.

Malgré tout, je finis par lui faire savoir que cela serait loin d’être une bonne idée. Heureusement elle ne me demande pas pourquoi. Je crois que j’aurais été incapable de lui répondre correctement sans bafouiller et tout le bordel. Pourtant elle à l’air de ce contenter de ce que je venais de lui dire. Elle me fait un petit sourire, mais ce dernier est loin de ressembler à ceux qu’elle me réserve habituellement. D’un seul coup, j’ai l’impression de découvrir une tout autre Alessia. Et cela me fait presque plaisir. On prend tout les deux appuis sur les casiers et finalement la blondinette me rend ma feuille. Je la plie rapidement et l’enfoui dans mon sac à dos. Ce n’est pas vraiment ce qui m’importe pour le moment. Voir pas du tout. Tout à coup, j’ai vraiment envie de discuter avec la jeune femme et ce pour la toute première fois. Sans que je comprenne pourquoi elle me dit que je ne suis pas comme le mec avec qui elle a passé la nuit et je fronce les sourcils. Je ne vois pas trop où elle veut en venir, mais je ne cherche pas forcément à savoir non plus. « Je pensais y aller oui. » répondis-je à sa dernière question. Mais je me fiche un peu de la soirée de ce soir. Je pense toujours à ce qu’elle a bien pu me dire tout à l’heure. Au sujet de nous deux dans un lit. « Keep the fight clean and the sex dirty. » dis-je alors a haute voix en repensant à une réplique que j’avais entendue dans une série américaine il y a quelques semaines. Je tourne la tête vers Alessia et lui souris quelque peu. Elle à l’air étonnée. « Bah quoi ? Moi aussi j’y ai déjà pensé malgré ce que je viens de dire. » Elle va pas non plus crois que je suis un véritable ange qui ne cesse de draguer à l’ancienne. Je plonge mon regard dans celui de la blondinette et me retiens presque de lui sauter dessus. J’ai beau la rejeter, je vais pas nier le fait que j’en aurais envie moi aussi.

ouij'ailaisséenanglaisc'étaitmieux


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 16:30

J'aimerais écourter cette conversation le plus rapidement possible. L'expédier loin, très loin étant donné que je me retrouve à être quelque peu mielleuse alors que je préfère faire comme si rien ne me touchait. Comme par exemple le fait d'être un simple objet aux yeux des hommes. Ca me convient parfaitement parce que au moins j'ai l'impression d'exister mais c'est vrai qu'un jour, j'espère que je trouverai la personne. La personne dont les livres et les films parlent, le vrai amour en somme. Je ne sais pas si je serais capable de m'attacher un jour mais j'espère que oui. J'ai ce manque d'affection à combler et ce n'est certainement pas avec des hommes d'un soir que je vais y arriver.

Alors oui, ça me paraît étonnant que Mattia puisse me trouver jolie. Bien sur, je l'ai souvent surpris à regarder mon décolleté mais c'est un homme et je fais tout pour qu'on me remarque à ce niveau là mais je ne sais pas s'il trouve que j'ai un joli visage ou si ça s'arrête uniquement à ma poitrine... Je lui fais part de mes envies de "angry sex" et même s'il m'a dit de ne pas être un adepte de ce genre de relation, après m'avoir fait une petite citation en anglais, il m'avoue que lui aussi y a déjà pensé. J'hausse les sourcils, un air entendu sur le visage. Son regard est brûlant et franchement... Non, il ne vaut mieux pas que je me commence à m'imaginer des trucs. Comme je n'ai pas envie d'épiloguer, je décide de ne pas répondre et de me mettre devant lui, marchant à reculons, et pointant un doigt en sa direction. « Bref! On se retrouve chez Petra alors! » Je lui offre un joli sourire avant de marcher dans le bon sens et de sortir du bâtiment pour aller prendre place derrière ma Fiat 500 rouge pompier.

A peine arrivée chez moi, j'évite de croiser le regard de ma soeur qui me demande comment je vais et file directement sous la douche. Je n'ai pas dormi chez moi la nuit dernière et j'ai l'impression de puer le phoque à dix kilomètres. Sous l'eau chaude, je me surprends à penser à Mattia. Et si ma soeur avait raison... Et si entre la haine et l'amour il n'y a qu'un pas. Je ferme les yeux quelques instants, mes mains accrochées à ma nuque et me mets à imaginer quelques secondes ce que ça pourrait donner avec le jeune homme. Je pense que ça serait une guerre constante... Mais si les réconciliations sont torrides pourquoi pas. Non, stop. Je finis de me laver les cheveux, de me savonner puis sort de la cabine de douche une fois rincée. Serviette enroulée autour de ma poitrine, je traverse le salon en passant devant ma soeur qui me regarde les yeux plissés puis entre dans ma chambre pour choisir ma tenue de ce soir... Devant le grand choix de vêtements que je possède, je choisi une robe noire, près du corps ainsi qu'un petit gilet s'il fait frais. J'embarque le tout dans la salle de bain, me sèche les cheveux en les lissant PUIS en faisant des petites vagues avec une brosse ronde - c'est compliqué d'être une fille - avant de me maquiller légèrement et d'enfiler ma robe. Je sors et me mets à fouiller dans mes boîtes à chaussures pour trouver une paire d'escarpins basiques mais jolis. Mattia dit préférer les choses simples, j'espère ne pas en faire trop même si je sais déjà que je suis loin d'être naturelle... Mais si je ne sors pas de cette fête à son bras, il faut que je sois sûre de partir avec un autre homme. Autant mettre toutes les chances de mon côté. Et puis, depuis quand je fais attention aux goûts de Mattia?!

Une heure plus tard, me voilà de nouveau dans ma voiture, direction l'appartement de Petra. Enfin, la maison pour être précise. Ca vaut le coup d'être riche parfois. Il y a déjà une quinzaine de personnes mais pas Mattia. Putain il commence à m'obséder ça va pas aller. A peine calée dans un coin, un charmant jeune homme s'approche de moi et me tend un verre un joli sourire sur les lèvres... Il commence à me faire la conversation. Mon Dieu qu'il est ennuyant. Pour faire passer le temps et surtout me faire oublier le boulet que j'ai en face de moi, je sirote mon verre de vodka. Plus les minutes passent, plus l'inconnu se rapproche de moi, essayant de m'amadouer avec de la drague à trois balles.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 17:04


Voilà que l’on ce met à parler de sexe tous les deux. Il ne manquait vraiment plus que ça. En moins d’une demi-heure je viens de lui dire que je la trouve vraiment jolie et je finis par lui faire savoir que moi aussi j’avais déjà pensé que l’on pouvait finir dans le même lit. Pour la guerre on repassera. A croire que je préfère quand on ce bat. On est pas aussi mielleux et les choses sont bien plus faciles dans ce cas là. Et puis je me sens con à lui avoir dit cela. Elle va se foutre de ma gueule désormais. Ca va être un nouvel argument dans notre guerre, j’en suis persuader. Enfin… Alessia n’épilogue pas et j’en suis plutôt bien content. Elle se tourne vers moi et me fais comprendre que j’ai intérêt à être présent à la soirée de Petra ce soir. Je hausse les épaules et la regarde disparaître au bout du couloir. Je secoue la tête et retourne à mes cours. Il faut vraiment que je me l’enlève de la tête.

Lorsque je rentre chez moi ce soir-là, je me dirige directement dans la salle de bain avec que Lia débarque et nous ramène de nouveau problème. J’ai bien l’intention de sortir ce soir et ce n’est pas ma petite sœur qui va m’empêcher d’aller m’amuser un peu. En me préparant, je me surprends à penser à Alessia. Je soupire fortement et hausse le son de ma chaîne hi-fi pour finir par réellement penser à autre chose. Je prends une douche brûlante, inonde la moitié de la salle de bain et finis par aller chercher des fringues propres. Rien de bien particulier, un jean et une chemise ouverte sur un tee-shirt. Simple comme toujours. Je retourne dans la salle de bain histoire d’essayer de faire quelque chose de mes cheveux, mais abandonne très rapidement l’idée. C’est juste impossible alors pourquoi tenter ? Et puis je m’en fiche totalement si cela ne plaît pas à Alessia. Je ne vais pas à cette soirée pour elle. J’y vais juste pour m’amuser et repartir avec une fille dans le pire des cas. Bon je dois l’avouer si je repars avec Alessia j’en serais assez content, mais bon… Je ne vais pas penser à cela maintenant. J’étais près à partir lorsque ma sœur finis par franchir la porte de la maison avec un homme qui doit avoir le même âge que moi en train de lui enfoncer sa langue dans la gorge. Il ne me faudra que quelques secondes pour les séparés et pour faire comprendre à cet homme qu’il ferait mieux d’oublier Lia et se assez rapidement. Bien entendu une dispute monstrueuse s’en suit avec ma petite sœur. Elle m’insulte et tout le toutim… C’est plus énerver que jamais que je finis par quitter la maison. La soirée commence plutôt mal…

Arrivé à la soirée je tente d’oublier mes problèmes familiaux et bien entendu je cherche Alessia du regard. Mais je ne le trouve pas. Tant pis. Je ne suis pas là pour elle après tout. Je me sers un verre et commence à discuter avec une fille de ma classe. Je déambule un peu dans la foule et parle avec plusieurs de mes amis. J’arrive enfin à me détendre même si je n’oublie pas la dispute avec ma petite sœur. Enfin. Une heure plus tard, je finis par apercevoir Alessia. Appuyée contre un mur elle semble en pleine discussion avec un homme. Je me surprends à être déçu. Pourtant je tente de ne pas me formaliser. Sauf que les minutes passent et je n’arrive pas à détacher mon regard de la jeune femme. Je vide mon verre cul sec et me dirige vers elle me fichant bien des conséquences. Je tape sur l’épaule de l’homme qui est en train de lui parler et lui offre un sourire ironique. « Hé tu veux pas aller voir par là-bas si j’y suis ? » lui demandais-je alors tout en lui pointant la porte du doigt. Le mec râle, mais finis par partir assez rapidement. Je prends rapidement sa place en face d’Alessia et lui souris quelque peu. « Jolie robe. » Mais qu’est-ce qui me prends d’un seul coup ? Je me la joue jaloux et je lui fais des compliments. Où va le monde ?


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 18:23

Je ne sais pas ce que j'ai ce soir. En temps normal, même si le mec qui essaie de me draguer et ennuyant à mourir, je souris niaisement du moment qu'on finit au lit mais depuis ma conversation avec Mattia, je sais pas... J'écoute que d'une oreille ce que me dis le jeune homme. Ses yeux regardent partout sauf mon visage. Je soupire et piétine un peu d'impatience. J'espère que devant mon manque d'enthousiasme, l'inconnu partira mais apparemment, il est bien décidé à rester. J'ai beau fixer le fond de mon verre, bras croisés sur ma poitrine, il ne comprend pas le message. Toutes mes pensées sont tournées ver Mattia et c'est bien ça qui me fait peur. Va-t-il venir ou m'a-t-il menti en affirmant qu'il serait présent à cette petite fête. Je vois encore le regard de ma soeur en me voyant partir dans ma robe noire et mes escarpins. Je me rends compte que j'aimerais qu'il soit là. J'aime sa présence et encore plus quand on se taquine. Ca m'excite. La vodka me monte rapidement à la tête et je soupire ouvertement devant le jeune homme qui croit toujours avoir mon attention. Tout d'un coup, Costantino fait son apparition devant moi. Pour ne rien laisser paraître je me redresse et plante mes yeux droit devant moi, un sourire narquois sur les lèvres. D'une seule phrase, Mattia éjecte le mec qui commençait sérieusement à me pomper l'air. C'est bien la première fois qu'il fait ça. En temps normal, il me regarderait de loin et se moquerait ouvertement de me voir galérer à me débarrasser d'un mec. Mais pas ce soir... Je reprends rapidement mes esprits, toute trace d'alcool ayant disparu de mon organisme en l'espace de deux secondes. Après son compliment, je baisse rapidement les yeux sur ma robe et hausse les épaules. « Oh. J'ai mis un truc vite fait à enlever au cas où... » Au cas où quoi hein Alessia? Tout en buvant une gorgée de vodka, j'observe Mattia par-dessus le verre... Etant donné que j'ai tout bu, le pose le gobelet en plastique sur la table la plus proche de moi et me passe une main dans les cheveux. « T'a foutu quoi avec tes cheveux?! » Je soupire comme une mère face à son fils qui aurait boutonné sa chemise de travers. Perchée sur mes hauts talons, je tripote du bout des doigts les cheveux du jeune homme avant de les glisser sur sa tempe puis sur sa mâchoire avant de m'accrocher à sa chemise. Je me rends rapidement compte de ce que je suis en train de faire et réajuste le col de sa chemise pour faire diversion. « J'ai pas assez bu je crois. » Je lui fais un petit sourire avant de me retournée et d'aller attraper un autre verre de je ne sais quoi. Mon regard parcourt le salon afin de voir qui est présent ou pas. « T'es venu seul? » demandais-je histoire de faire diversion une nouvelle fois.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 19:18


En arrivant dans cette maison, ou plutôt devrais-je dire ce château, je ne cesse de penser à Alessia. La conversation que l’on a eue cette après-midi continue à me perturber. A croire qu’on est véritablement capable de s’entendre dans le fond. Aller savoir pourquoi à cet instant précis je pense également à Isabella. Je n’ai cessé de me rapprocher de la jeune femme depuis ces dernières semaines et je dois avouer qu’elle aussi elle ne me laisse pas indifférent. Me voilà comme un idiot en train de penser à deux femmes en même temps. Deux femmes bien différentes d’ailleurs. Elles sont comme le jour et la nuit. Isabella est du genre posée et aimante tandis qu’Alessia serait plutôt du genre à détester l’engagement. Je n’arrive même pas à savoir ce que je préfère entre les deux. Enfin ce soir il n’y a pas de doute c’est Alessia que j’ai envie de retrouver. Il y a quelque chose d’inexplicable qui m’attire chez elle et j’ai envie de passer un peu plus de temps en sa compagnie. Tiens en parlant d’elle, la voilà justement. Toujours en train de parler avec un homme. Sauf que ce soir il semblerait qu’elle s’ennuie fortement avec ce dernier. Sans ménagement je me rapproche d’eux et prie le jeune homme d’aller voir ailleurs si j’y suis. C’est bien la première fois que j’agis de cette manière avec la blondinette. Elle va finir par me prendre pour un dingue. Pourtant elle ne m’envoie pas bouler bien au contraire. Je lui fais un compliment sur sa robe et sa réponse me fait rire. Elle a toujours la réplique qui faut c’est hallucinant tout de même. « Juste au cas où… » repris-je en lui souriant. Aller savoir pourquoi j’ai réellement envie de la draguer. De voir jusqu’où on pourrait aller tous les deux et surtout voir ce que ça pourrait donner. On est clairement pas fait pour ce mettre en couple, mais une partie de jambe en l’air de temps en temps ça ne se refuse pas tout de même. Enfin. Pense à autre chose Mattia. La jeune femme me parle de mes cheveux et j’allais me mettre à ronchonner lorsqu’elle finit par glisser sa main dans mes cheveux. Je suis tellement étonné par son geste que j’en reste la bouche ouverte comme un idiot. Sa main vient glisser sur ma joue avant de venir s’accrocher au col de ma chemise. Je voulais de la drague et bien je pense que je suis servi sur ce coup-là. « Touche plus jamais à mes cheveux. » finis-je par lui dire avant de lui faire signe de me suivre pour qu’on aille ce servir un verre. Je déteste qu’on touche mes cheveux, mais à ce moment précis je m’en fiche totalement. Je revois son geste et je me demande ce qui a bien pu se passer dans sa tête à ce moment-là. Enfin. On ce sert un verre et Alessia finis par me demander si je suis venu seul. Dans l’unique but de l’embêter je finis par lui répondre : « Non, non, je suis venu avec tout mon harem. » On jette un coup d’œil autour de nous et je finis par soupirer. Je n’apprécie pas spécialement les gens qui sont à cette soirée et je me demande tout de même un peu pourquoi je suis venu. Mon regard ce pose à nouveau sur Alessia et je l’attrape par la main pour l’emmener dehors. On finit par aller s’asseoir tout les deux légèrement en retrait. « T’es vraiment fan de ce genre de soirée ? » lui demandais-je alors tout en buvant une gorgée de mon verre. « Où c’est juste un moyen d’exister ? » Je me demande bien ce qui m’arrive d’un seul coup. Parler de chose personnelle n’as jamais été notre tasse de thé, mais on va dire que cette journée est véritablement pas comme les autres.


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 19:35

Juste au cas où... Juste au cas où tu voudrais qu'on se retrouve dans une chambre après avoir bu assez d'alcool pour se jeter l'un sur l'autre sans penser au conséquences. Juste au cas où je serais assez bien pour Mattia Costantino. Juste au cas où quoi. Je soupire intérieurement. Je mets toujours des robes ou des jupes pour ce genre de soirée. C'est bien plus simple. Enfin bref, je m'égare et la vodka y est pour beaucoup. Je bois souvent de l'alcool mais je le tiens très mal. Je sais que Mattia ne supporte pas quand on touche ses cheveux. Combien de fois je l'ai emmerdé en les ébouriffant exprès pour l'emmerder mais ce soir, c'est pas pour attention. Au contraire, c'est pour essayer de leur donner une meilleure allure mais très rapidement je déconnecte de mon geste et mes doigts glissent sur son visage avant d'aller s'accrocher au col de sa chemise. Mais comme si j'avais été frappée par la foudre, je retire ma main et me tourne pour attraper un verre. il me fait remarquer de ne pas toucher à ses cheveux. Plus jamais je ne ferais l'erreur oh ça non. En entendant sa réponse ironique, je lui envoie un regard lourd en sous entendu. Si les yeux pouvaient tuer... Je bois une nouvelle gorgée de mon verre et commence à me dandiner sur la musique qui passe tout en regardant les gens hilares dans la pièce. Sans que je ne comprenne vraiment ce qu'il se passe, Mattia me prend la main. Ce geste est anodin mais il a le don de m'électrifier. On se retrouve dans le jardin dallé et on prend place sur les chaises de jardin. Mais je ne parle pas des sièges de jardin qu'on a vous et moi, pas celles en plastique hein qui casse au moindre changement de température. Je vous parle des chaises de jardin que possèdent les riches. Bref, je pose mon verre sur la dalle à mes pieds et croise les jambes en tirant un peu sur ma robe avant de m'accouder sur mes genoux. La question de Mattia me fait sourire. « On est jeunes avant tout. » répondis-je simplement. Non, je ne suis pas fane de ce genre de soirée. Au contraire, je préférerais être à la maison avec ma soeur à rigoler comme des débiles mais Mattia a raison... Dans ce genre de soirée, attirer l'attention des mecs et boire des verres me donnent l'impression de faire partie de tout ça, de ne pas manquer quelque chose, de vivre tout simplement. « Quand t'existe pas à la maison, tu te rattrapes où tu peux. » Je lui envoie un petit regard avant de poser mes yeux vers l'immense fontaine qui crache de l'eau. Que c'est kitch. « Et toi, pourquoi es-tu venu? » demandais-je en plantant un regard brûlant dans le sien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 20:06


Alessia glisse presque tendrement sa main dans mes cheveux et moi je me laisse faire sans rien dire. Habituellement, je déteste qu’on touche à mes cheveux. Je sais qu’ils sont constamment en bataille, mais c’est ce qui fait mon charme après tout. Je n’ai jamais réussi à dompter ma tignasse et ce n’est pas demain que cela risque d’arriver. Pourtant Alessia ne se contente pas uniquement de cela. Sa main vient glisser sur ma joue et là je me demande à quoi elle joue. Si elle agit comme cela avec tous les garçons qu’elle rencontre, je comprends mieux pourquoi ces dernières craques. Elle a se regard presque innocent et à la fois brûlant et ses gestes sont assez assuré pour vous hypnotisé. Elle s’accroche au col de ma chemise et un instant je me demande si elle tient réellement l’alcool. J’ai toujours vu Alessia avec un verre de trop dans le nez, mais je me suis jamais arrêter sur le nombre de verre qu’elle a bu pour arriver à se stade. Peut être encore un et je pourrais faire ce que je veux d’elle. Comme si c’était mon genre. Enfin. Ses gestes me perturbent et je ne sais plus vraiment comment agir. Pour essayer de me redonner une contenance je lui fais savoir que je suis venu avec mon harem, mais cela ne la fait pas spécialement rire. En même temps, je n’ai jamais été très doué pour les blagues. Les piques il n’y a pas de souci, mais les blagues c’est un peu plus dur pour moi. On ce prends un verre et finalement je l’attire dehors avec moi. Je déteste être au milieu de cette foule et je ne supporte pas cette Petra avec tout son fric qu’elle étale avec arrogance. On s’installe sur des fauteuils dans le fond du jardin et instant j’observe la soirée qui ce déroule sous nos yeux. Je déteste cela et pourtant je suis bel et bien là. Alessia me fait remarquer que nous ne sommes jeunes qu’une seule fois dans notre vie et je rigole quelque peu. Elle n’a pas tort sur ce point-là.

Mais très rapidement la conversation devient un peu plus personnelle. La blondinette finis par me dire que ces soirées sont un peu son moyen d’exister parce que visiblement ce n’est pas le cas chez elle. Je me mords la lèvre me sentant un peu idiot d’avoir aborder ce sujet. Elle n’a sûrement pas envie d’en parler. J’allais m’excuser quand elle finit par me retourner la question. Oh. Je ne m’attendais pas vraiment à ça non plus. « Pour oublier ce qui se passe à la maison… » Je repense à mon père que j’ai laisser à moitié ivre mort sur le canapé et ma petite sœur en train d’hurler parce que j’ai virer son petit copain trois fois trop vieux pour elle. Je passe une main sur mon visage et soupire quelque peu. C’est con a dire, mais des fois je me prends à espérer que ma mère soit encore là pour nous aider ou juste pour me prendre dans ses bras. Enfin je m’éloigne. Alessia me lance un regard brûlant qui m’électrise et je me sens presque frissonner. « Enfin faudrait mieux pas qu’on ce lance là-dedans. C’est pas très joyeux tout ça. » lui dis-je en souriant. Je bois une nouvelle gorgée de mon verre et soupire à nouveau. « Alors Martini une cible pour ce soir ? Il avait l'air un peu con celui de tout à l'heure.. » Et voilà que je me la joue jaloux à nouveau.

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 20:30

Je me rends compte que je suis la fille qui porte encore le plus de tissus sur son corps car comparé aux autres filles, je suis encore plus où moins habillées. Certaines se font jeter dans la piscine, il y en a qui son à califourchon sur le canapé en train d'embrasser des mecs enfin bref. Je suis décente à la limite. C'est bien ça le problème. En temps normal, je serais dans une chambre avec un beau jeune homme aux yeux bleus ou verts en train de m'envoyer en l'air et de chercher ma culotte par la suite. Mais je ne regrette pas d'être dehors sur cette terrasse avec Mattia. Pour une fois, ça change. Ca fait presque du bien. Pour une fois, pas de piques entre nous, pas de sarcasmes. On en vient même à parler de la réelle raison de notre présence ici. J'ai été bête de croire qu'il allait me dire qu'il était venu pour moi mais le jeune homme a autant de choses à cacher que moi. L'un comme l'autre, nous nous connaissons depuis la maternelle presque et pourtant, on a jamais parlé de notre vie personnelle, de nos problèmes ou autre. Je ne connais rien de sa famille, ni de ses amours. On se contente juste de se taquiner et de se faire des crasses de plus en plus douteuses avec l'âge. Comme pour avouer que je suis d'accord avec le fait qu'il n'est pas le moment de parler de ça, je lève mon verre à ses paroles avant de boire une gorgée d'alcool. Mattia me demande quelles cibles j'ai ce soir. J'hausse les épaules. « C'est pas sa matière grise qui m'intéresse mais plutôt ce qu'il a entre les jambes. » Je soupire à ma propre réponse. C'est nul mais c'est comme ça que j'ai décidé de vivre. En même temps, quand vous êtes étudiant la tentation est partout; il y a toujours des fêtes qui sont organisées etc. Je tourne le regard vers Mattia mais je m'en veux un peu de ce que je viens de dire. « Mais je crois que ce soir je vais passer mon tour. Je suis bien mieux où je suis et avec qui je suis. » Un léger sourire étire mes lèvres. Je me laisse tomber sur la chaise longue et allonge mes jambes devant moi. « Tu vas me faire boire jusqu'à pouvoir abuser de moi et me faire la morale lundi en cours? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Sam 8 Juin - 22:34


Dans le fond, je suis un étudiant comme les autres. Oui j’aime faire la fête, j’aime boire plus que de raison pour tout oublier le temps d’une soirée et draguer une jolie fille juste comme cela, juste pour rire. Mais dans le fond, je n’aime pas spécialement faire cela. Je suis plutôt du genre à aimer une simple soirée entre amis devant un film ou juste à ce faire un dîner au restaurant. Quelque chose de simple. Devant les gens qui ne me connaisse pas, comme Alessia, je joue un jeu tout ce qu’il y a de plus différent. Je me monte excentrique et sûr de moi alors que dans le fond, je ne suis vraiment pas comme cela. Mais montrer le reste, le vrai Mattia, ce serait presque me montrer faible et je n’ai pas envie de montrer cette facette de moi-même. Je ne veux surtout pas qu’Alessia rencontre le gamin qui a perdu sa mère trop tôt et qui aujourd’hui doit ce battre avec un père qui a perdu espoir et une petite sœur qui a l’intention de se rebeller contre le monde entier. Bref. Alessia aura le droit de savoir tout cela de moi lorsqu’on arrêtera de ce battre comme des chiffonniers et autant dire que c’est quelque chose qui n’est sûrement pas près d’arrivé. La jeune femme semble assez d’accord avec moi sur le fait qu’on ne devrait pas s’étaler sur nos vies privées et très rapidement le sujet dérive de nouveau. Je lui demande qui sera sa cible ce soir et évoque le garçon avec qui elle parlait lorsque je suis venu vers elle. Une nouvelle fois, elle me parle de sexe et je me retiens de soupirer. A croire qu’elle est pire qu’un homme parfois. C’est bête qu’elle ne ce définisse que par cela. « Ca je crois l’avoir compris. » lui dis-je alors un peu froidement et ce sans vraiment le vouloir. A croire que tant qu’elle n’a pas vérifié la marchandise elle ne veut pas entendre parler du reste. Je dois être une sorte d’exception. La blondinette tente de se rattraper rapidement en me disant qu’elle préfère tout de même être avec moi ce soir. Ce qu’elle me dit me touche sincèrement. « Te force pas pour moi. » lui dis-je avant d’ajouter dans un sourire « Même si je me suis pointé ici dans l’espoir de passer la soirée avec toi. » Bon je viens de me griller tout seul, mais dans le fond je crois que je voulais qu’elle le sache. La belle italienne ce laisse tomber dans le fond de sa chaise et je l’imite. Un instant je regarde le ciel étoilé au-dessus de nos têtes se serait presque romantique. Dans ce coin du jardin personne ne peut réellement nous voir et par conséquent venir nous embêter. Pour une fois, c’est juste parfait. Sa question me fait rire et c’est avec un sourire plutôt aguicheur que je finis par tourner la tête vers. « C’était mon idée oui. Mais j’ai comme l’impression que j’ai pas vraiment besoin de te faire boire. » Je souris à nouveau et ma main viens doucement effleurer sa cuisse. Que le jeu commence…

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 8:16

Je commence à me dire qu'on devrait arrêter de se retrouver que les deux durant des fêtes d'étudiants. La dernière fois, c'était aussi arrivé et on s'était retrouvé à parler que les deux au lieu de se chamailler comme on a davantage l'habitude de le faire. Ce soir, on reproduit le même schémas. Je ne sais pas si c'est à cause des trois verres que j'ai avalé en même pas une heure ou simplement parce que la présence de Mattia me calme un peu mais on en arrive de nouveau à parler de trucs personnels. On ne s'étale pas sur le sujet bien sur mais on a compris que derrière cette carapace qu'on a toute la semaine, on a tout les deux des problèmes à la maison. Je suis de nature curieuse mais je ne vais pas insister car je n'aimerais pas qu'il insiste avec moi. Il a beau me sortir par les trous de nez de temps en temps, je respecte quand même ça.

Comme à chaque fois que je parle de sexe, Mattia devient froid et sec. Je fronce un peu les sourcils et soupire. C'est un peu pénible. Un peu de second degré mon très cher. Mais contrairement à d'habitude, je ne dis rien de plus et m'allonge sur la chaise longue, les mains sur mon ventre. Le ciel est dégagé et je supporte très bien mon petit gilet. Une soirée parfaite en somme. « Je me force pas... » Je tourne le regard vers le jeune homme et manque soudainement d'air quand il me dit que c'est dans l'espoir de passer du temps avec moi ce soir qu'il est venu à cette fête. Je détourne rapidement le regard, fixant les étoiles, ma poitrine se soulevant un peu trop rapidement pour la normale. C'est dingue l'effet qu'il me fait tout d'un coup. J'ai l'impression de m'embraser et pourtant, je ne bouge pas d'un poil. Pour essayer de faire diversion, je demande à Costantino s'il avait l'intention d'abuser de moi après m'avoir fait boire jusqu'à ne plus savoir comment je m'appelle. Heureusement, ça ne m'est jamais arrivé. Je me suis toujours rappelé de tout ce que j'ai fais lors de chacune de mes soirées mais c'est vrai que j'ai tendance à être plus ouverte, plus franche quand j'ai bu. Mes sens sont surdéveloppés et c'est souvent pour ça que je finis dans le lit avec un autre. Mais pas ce soir... Non. Cette soirée je la passe avec Mattia. Mattia qui commence à effleurer ma cuisse du bout des doigts. Je ravale difficilement ma salive, ne quittant pas le ciel des yeux. Putain c'est quoi ce bordel tout d'un coup? Cet après-midi même j'avais envie de l'étriper parce qu'il m'avait puérilement volé mon livre de biologie et maintenant je pourrais littéralement lui sauter dessus en plein jardin. Le beau brun fait ressortir des choses en moi que je préférerais garder enfouies mais apparemment, il est plus doué que moi. Comme si je venais de m'assoir sur un hérisson, je me redresse et m'asseye, bougeant nerveusement ma jambe. On ne s'est jamais embrassés. Même pas le petit bisou qu'on teste quand on est adolescents. Prise d'une furieuse envie, je fait un pas en sa direction et m'asseye à califourchon sur lui, mains plaquées sur son torse. Pourtant, je ne passe pas à l'attaque, j'hésite. D'habitude c'est facile mais là... « Juste pour le sexe. Que ce soir. Demain on aura déjà tout oublier. Okay? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 9:12


Je commence a croire que l’on ne cesse de se voiler la face avec Alessia. On peut très bien s’entendre sans ce jeter à la gorge de l’autre. La preuve c’est la deuxième fois en moins d’un mois que l’on s’isole dans une soirée pour ce retrouver uniquement tous les deux. On arrive a discuter même si on préfère totalement éviter les sujets personnels. Ne pas trop s’impliquer c’est peut être bien mieux comme cela. Une nouvelle fois Alessia viens a me parler de sexe et je préfère éviter le sujet. Ce n’est pas que j’ai honte de parler de cela avec elle, mais je n’aime pas vraiment la façon dont elle aime être traiter. Les hommes qui prennent les femmes pour des objets je trouve ça dégueulasse. Tout simplement. Et j’estime qu’Alessia mérite bien mieux. Mais ce n’est pas moi qui vais lui dire cela. Après tout, elle est assez grande pour faire ce qu’elle veut de sa vie. Elle n’est pas ma petite sœur et je ne dois pas la protéger comme je peux le faire avec Lia. Enfin. La blondinette me fait savoir qu’elle ne force vraiment pas à être ici avec moi et je dois avouer que cela me touche. Je ne m’attendais vraiment pas à cela de sa part, mais je dois avouer que cela me fait plaisir de l’entendre me parler gentiment pour une fois. Cela change de nos perpétuelles disputes.

Les choses finissent alors par s’accélérer sans que l’on comprenne vraiment le pourquoi du comment. Elle s’installe plus confortablement sur sa chaise et je lui fais savoir que j’avais bien en tête l’idée de la mettre dans mon lit ce soir. Enfin pas forcément dans le mien, mais dans un lit en tout cas. Une nouvelle fois, l’idée ne semble pas lui déplaire et cela me fait sourire. Sans réfléchir plus longtemps, je viens caresser sa cuisse nue du bout des doigts. Moi aussi j’ai envie de jouer. Puis ce n’est pas seulement une idée de sexe. Enfin ça devrait l’être, mais je ne sais pas j’ai comme l’impression que si on finit par franchir le pas tout va forcément changer entre nous. Sans que j’ai le temps de dire quoique ce soit qui pourrait un tant soit peu expliquer mon geste, Alessia ce retrouve a califourchon sur moi. Un sourire s’étale sur mon visage tandis qu’elle tente de me faire signer son contrat. On couche ensemble et demain on fait comme s’il ne c’était jamais rien passer. Je hausse les épaules. « Okay. » Mes mains viennent glissés sur ses hanches et mon visage se rapproche dangereusement du sien. Il ne nous en faudra pas plus pour que nos lèvres s’effleurent et que tout cela devienne un véritable baiser passionné. Je me rends compte que c’est la première fois qu’on se retrouve aussi proche tout les deux et je ne vais pas le cacher c’est loin d’être désagréable. Je crois que je n’ai pas envie d’attendre plus longtemps. Je me relève et l’attrape par la main pour l’entraîner de nouveau dans la maison. Bon. Vu la taille de la baraque on devrait trouver une chambre libre assez rapidement. C’est au fond d’un long couloir au deuxième étage que je finis par trouver ce que je cherchais. Je verrouille la porte et plaque Alessia contre cette dernière. « Pas de blague douteuse quand tout ça sera finis. » J’ai pas envie qu’elle me balance cela à la figure dès lundi matin. On est là pour coucher ensemble, peut être assouvir un vieille envie, mais c’est tout. Enfin… C’est ce qu’on croit.


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 9:43

Mattia n'aime pas ma vision du sexe. Il pense sûrement que je ne vais pas tenir longtemps à vivre comme ça, à préférer être un objet. Je suis sûre qu'au fond de lui, derrière les crasses qu'il me fait, il y a un homme qui est doux et presque romantique avec les femmes. Je n'ai jamais vu cette facette et je pense que si un jour je la vois, je risque de vomir tout mon déjeuné. Il ne pense pas que je devrais me contenter d'être un objet aux yeux des hommes mais c'est le premier à me caresser la cuisse du bout des doigts. Ce qui me fait perdre les pédales bien que j'aie essayé de résister. Je ne sais pas si coucher avec lui serait une bonne idée. Je pense que ça serait bizarre mais très excitant étant donné toutes les allusions qu'on se fait depuis plusieurs années. Le problème c'est que j'ai un peu peur des représailles. Les hommes avec qui je couche son des gars du collège et encore, ils n'habitent pas tous forcément dans notre ville donc je m'en fiche de les recroiser mais Mattia c'est différent. J'ai peur que ça soit une vengeance, qu'il me fasse craquer pour mieux me balancer à la figure que ce n'était qu'une blague et qu'il va s'en venter. Pourtant, vu le regard brûlant qu'il m'envoie, j'ai envie de croire qu'il a réellement envie de coucher avec moi. Tout comme moi j'en ai envie depuis des mois. Juste du sexe. Je lui fais promettre à califourchon sur lui. Il promet et nos visages se rapprochent. Mon coeur se met à tambouriner dans ma poitrine rien qu'en imaginant ce qu'il va se passer par la suite. Nos lèvres se rencontrent et j'ai l'impression de m'embraser. Contrairement à ce que j'avais peur, je n'ai pas l'impression d'embrasser mon frère mais c'est plus intense, plus profond. Je ne saurais pas l'expliquer. Tout d'un coup, Costantino semble pressé. Nos lèvres se séparent et le jeune homme se redresse. Je descends de lui et de la chaise longue et me laisse guider à travers la foule. Certaines filles me regardent jalousement, comprenant très bien ce qu'il va se passer dans une de ces innombrables chambres que possède ce château. Je me la pète et me la repète jusqu'à ce qu'on arrive dans un long couloir. A bout de souffle, on trouve une chambre de libre. Je n'ai pas le temps de faire une remarque ironique sur la vue qu'offre la chambre que Mattia ferme la porte à clé et me plaque contre. Un sourire satisfait sur les lèvres, je ne peux m'empêcher de lâcher un petit rire en entendant sa remarque. « Sois assez à la hauteur pour me faire oublier que la vue de cette chambre ne me plaît pas. » Cette fois, c'est moi qui vais chercher ses lèvres, mes mains s'accrochant à sa nuque comme s'il était une bouée de sauvetage. Très rapidement, sa chemise finit au sol. Mes mains à plat sur son torse, je les descends jusqu'à la ceinture de son pantalon qui cède très rapidement. Il est trop habillé. Le souffle court à cause du baiser fiévreux qu'on échange, je me sens tomber sur le matelas.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 11:20


Alessia s’installe à califourchon au-dessus de moi et je comprends que désormais on ne pourra plus jamais faire marche arrière. Pour le moment je préfère ne pas penser aux conséquences, mais juste profiter de cet instant à deux. Je crois qu’on en a bien besoin. Et puis au moins, on arrêtera peut être de se charrier là-dessus. Parce que durant toutes ses années les allusions ont été plus que nombreuses. Autant dire que cela va changer pas mal de chose. Il y aura peut être des représailles. Peut être que l’on ne maîtrisera absolument rien de ce qui pourra se passer par la suite, mais je pense que l’un comme l’autre on s’en fiche totalement. Nos lèvres se rencontrent et on en oublie tout le reste. D’un seul coup, je suis un peu plus presser. Je me relève et l’attrape par la main. Bien entendu, on est obligé de traverser la maison pour trouver un lit. La foule se retourne sur notre passage à croire que c’est écrit sur notre visage que nous avons l’intention de coucher ensemble. Les hommes me regardent avec jalousie et je me retiens de leur sourire. Oui ce soir c’est moi qui vais coucher avec Alessia Martini. Cela fait des mois que j’ai envie de cela et personne ne va m’arrêter sur ce coup-là. On grimpe rapidement au deuxième étage et après avoir déambulé dans des couloirs plus immenses les uns que les autres je finis par trouver une chambre vide de tout occupants ou autre manteau. Je plaque la blondinette contre la porte et l’embrasse à nouveau. Cela promet d’être électrique. Elle me demande d’être à la hauteur pour lui faire oublier que j’ai choisi une chambre pourrie et je rigole. Elle ne s’arrêtera donc jamais. Je pose mon front contre le sien et elle attrape à nouveau mes lèvres dans un baiser fiévreux. « Pas de sentiments et personne ne s’attache. » vins-je murmurer contre ses lèvres. Je n’ai ni l’envie, ni le temps de me prendre la tête avec une petite amie. Pas avec tout ce qui se passe avec Nate et Isabella. Je veux juste profiter c’est tout et Alessia ne semble pas être contre cette idée. En quelques minutes, je me retrouve sans chemise et le pantalon sur les chevilles. Je l’allonge sur le matelas et le reste s’enchaîne sans que l’on ce pose de question. A croire que l’on pensait juste, le sexe juste pour le sexe c’est quand même parfait. Pas besoin de forcément faire attention à être romantique, pas besoin de chuchoter des mots doux. C’est du physique et du plaisir à point c’est tout.

_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 12:32

J'ai l'habitude de finir dans ce genre de situations lors de soirées. En général, les mecs qui sont aussi invités, se demandent qui je vais choisir en premier mais ce soir, il y a un homme qui leur passe devant sans même avoir besoin de faire la file d'attente; Mattia. Je sais qu'il n'est pas comme moi, que même si je suppose que ça lui arrive de coucher avec des filles, ce n'est pas dans l'extrême comme moi mais toutes les filles qui me voient partir avec lui sont vertes. Je ne serais pas étonnée d'apprendre que ça fait plusieurs semaines qu'elles essaient de le draguer. Je jubile. Il ne nous faudra pas trois heures pour trouver une chambre. Je fais ma difficile parce que je sais que ça va énerver Mattia et dans le fond, je le trouve encore plus sexy quand il est énervé. Mais contre toute attente, le jeune homme rigole à ma remarque sur la vue. Je suis déçue... Mais je n'ai pas le temps de vraiment m'en rendre compte car nos baisers brûlants reviennent à la charge. Costantino m'allonge sur le lit et je n'ai pas le temps de dire "ouf" que ses mains remontent ma robe. Je lui envoie un regard qui veut dire "je t'avais dis" et les choses s'enchainent très rapidement. Le souffle court, le coeur battant à tout rompre dans ma poitrine, je ressens des choses que je n'ai jamais ressenties auparavant avec aucun homme. Corps contre contre, peau contre peau, la chaleur semble augmenter dans cette pièce.

« T'as fait quoi de ma culotte? » soupirais-je en me tournant vers Mattia qui me tends mon sous vêtement du bout des doigts. J'évite de croiser son regard et termine de me rhabiller. L'avantage avec le sexe entre amis c'est qu'on a pas besoin de se câliner ou de se dire des mots doux. C'est fait, c'est fait, point. Et c'était le pied. Costantino a fait taire les rumeurs qui couraient sur lui et ses aptitudes au lit. Des rumeurs que j'ai lancé moi même bien sur. Mais bizarrement, je ne me sens pas comme d'habitude. On est à une fête et le mieux pour nous c'est de retourner au centre de la foule. Enfin, le mieux pour moi surtout. Mattia peut bien faire ce qu'il veut maintenant. J'enfile mes escarpins et lance le t-shirt du jeune homme qui se trouve à mes pieds. « On se voit un de ces quatre? » demandais-je toujours en évitant soigneusement son regard. Mon gilet sous le bras, je sors de la pièce assez précipitamment et vais me fondre dans la masse pour éviter qu'on me repère trop rapidement. Je fouille dans ma pochette pour trouver mon téléphone portable et finit par appeler ma petite soeur. Je veux partir d'ici. Alicia me dit qu'il lui faudra une vingtaine de minutes pour arriver, le temps de s'habiller et de prendre sa voiture. Je frissonne un peu, évitant par tous les moyens de repenser à ce qu'il s'est passé avant dans cette chambre dont je vois le balcon depuis le trottoir. Quelqu'un s'approche derrière moi et je prie intérieurement pour que ça ne soit pas un mec lourd qui veuille me ramener chez moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 75
A VERONE DEPUIS : 21/05/2013
AVATAR : » PAUL WESLEY
CREDIT : » u.c
JOB/ETUDES : » ETUDIANT EN DROIT
LETTRE SPECIALE :


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 13:57


J’ai bau faire le malin, j’ai beau dire que je n’ai qu’envie de coucher avec elle, ce serait mentir de dire que je ne ressens absolument rien à cet instant précis. Des filles j’en ai connu pas mal dans ma courte vie, mais c’est bien la première fois que je ressens quelque chose comme cela. C’est physique, mais j’ai peur que ce soit bien plus que cela également. Mieux vaut ne pas y penser pour le moment. On profite du moment présent. On ce donne à l’autre sans aucune limite. Pas de romantisme juste du plaisir. La pièce se transforme rapidement en sauna. Peau contre peau on apprend tout de même à se découvrir. Je ne vais pas le cacher elle a vraiment de belle forme. Sa robe vole dans la pièce tout comme le reste de nos vêtements. Il nous faudra moins de dix minutes pour ne faire plus qu’un. J’ai envie de lui montrer que toutes les blagues qu’elle a pu faire courir à mon sujet n’était absolument pas fonder. On ce fait plaisir et j’ai comme l’impression que l’on n’est pas forcément discret. Tant pis.

De longues minutes plus tard, assis sur le bord du lit, je regarde Alessia s’agiter dans la pièce. Je lui tends son sous vêtement et un instant remarque qu’elle évite soigneusement mon regard. J’essaye de ne pas me formaliser et part à la recherche de mes propres vêtements. Je mets la main sur mon caleçon et mon jean et la blondinette me jette mon tee-shirt. Alors voilà c’est tout ? C’est bizarre tout de même. C’est pas comme si on se connaissait pas. On va partir chacun de notre côté et j’ai comme l’impression que l’on n’est pas près de se rappeler. A part pour se retrouver dans un lit à nouveau. Ce serait bien notre genre et vu ce que l’on vient de vivre ce n’est pas moi qui vais dire non. Alessia balance une formule de politesse presque mal placé et je murmure un petit : « Oui. » Avant de la regarder prendre la fuite. Je me demande si on a pas fait une connerie tout de même. Enfin. C’est pas le moment de se prendre la tête. On vient de passer un bon moment et c’est tout ce qu’il faudra retenir. Je récupère ma chemise, tire rapidement les draps que nous avons froissé plus d’une fois et finis par quitter la pièce. Je descends rapidement les escaliers et croise un copain de la fac. Ce dernier me félicite presque d’avoir terminé avec Alessia et je hausse les épaules. Je veux plus repenser à ça. Sinon je sais que je vais me monter le bourrichon. Je n’ai plus à rien à faire à cette soirée et c’est donc d’un pas déterminé que je me dirige dehors. Je sors un paquet de cigarette de ma poche et m’en allume une. Assis sous le porche de la maison je profite de cet instant et tente de me sortir Alessia de la tête quand je finis par la remarquer au bout du trottoir. Elle à l’air d’attendre je ne sais quoi… Sûrement qu’on vienne la chercher. Je soupire et finis par me lever. « Je te ramène ? » lui dis-je tout en passant à ses côtés. Je tire une dernière taffe sur ma cigarette et la jette dans le caniveau avant de me diriger vers ma voiture non loin de là. Je déverrouille les portières et regarde Alessia qui semble hésite. « Je ferais pas de commentaires promis. » dis-je en souriant.


_________________


    ⊹ when u smile i smile.
    I don't ever want to let you down. I don't ever want to leave this town. Because after all this city never sleeps at night. It's time to begin, isn't it ? I get a little bit bigger, but then I'll admit I'm just the same as I was. Now don't you understand I'm never changing who I am.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
étudiant.
avatar

LETTRES ENVOYEES : 37
A VERONE DEPUIS : 31/05/2013
AVATAR : » claire beautiful holt
CREDIT : » jelly slug
JOB/ETUDES : » étudiante en pédiatrie

MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    Dim 9 Juin - 15:06

Je ne câline pas après le sexe, jamais. Pas avec les hommes que je ne reverrais sûrement jamais mais dès que Mattia se laisser tomber à côté de moi sur le matelas, j'ai cette irrésistible envie d'aller me lover dans ses bras. C'est pour ça que je préfère me relever tout de suite et m'habiller. Je ne peux pas ignorer ce qu'il s'est passé dans ces draps. C'était exaltant, fougueux et vraiment prenant. Mais il y a autre chose. Il y a ce battement que mon coeur a raté à chaque fois que nos lèvres se sont retrouvée, ce souffle qui reste coincé dans ma gorge en sentant les mains du jeune homme sur mon corps. Et c'est bien ça qui me fait peur. Ce n'est pas normal, ça ne me ressemble pas du tout. Comme une vulgaire prostituée, je préfère quitter la chambre, les cheveux un peu décoiffés. Je me faufile dans la foule en espérant que Mattia ne me suive pas et arrive enfin à l'air libre où je prends plusieurs bouffées d'air. Je téléphone à ma soeur pour qu'elle vienne me chercher. Alicia vient d'avoir son permis et ça l'embête déjà de devoir se déplacer pour moi. Je suis venue avec ma propre voiture mais je ne me sens pas capable de conduire. Je ne suis quand même pas suicidaire sur les bords... J'attends alors, frissonnant à cause de la petite brise qui s'est levée. Je fixe mes pieds, la lèvre pincée. C'était quoi ce qu'il s'est passé dans cette chambre? C'était incroyable, ça oui. Mais peut-être trop justement. Des pas résonnent derrière moi et la voix de Costantino se fait entendre. Maintenant ce n'est plus cette voix, c'est sa voix. Il me propose de me ramener et j'hausse les épaules. « On vient me ch... » Mattia jette sa cigarette en bas du trottoir et j'ai à nouveau cette impression de manquer d'air. Mon Dieu, James Dean n'est donc pas mort. Une vague d'excitation m'envahit à nouveau. Non non non non. Le jeune homme se dirige vers sa voiture et comme je n'ai pas bougé, il se justifie en disant qu'il ne fera pas de commentaire. Oh. Je m'avance vers son bolide, mes talons résonnant dans la rue puis m'installe dans le confortable siège qu'offre la place passagère. Je fixe la route droit devant moi. J'ai peur de conduire la nuit. J'ai toujours la frousse qu'un animal surgisse de nul part ou qu'un violeur saute sur le capot de ma voiture. Mattia s'installe lui aussi et démarre la voiture. Je me concentre pour ne pas flancher devant cette ambiance plus que tendue. J'envoie discrètement un message à ma soeur pour lui dire que ce n'est plus la peine de venir me chercher. Il lui faudra quelques secondes pour me dire que vu qu'elle était déjà en route, elle s'arrête chez une copine pour la nuit. Parfait. Après cette soirée forte en émotion, j'aurais apprécié d'être seule. « C'est la prochaine à droite... » soufflais-je. Le silence s'installe à nouveau dans l'habitacle de la voiture et Mattia s'arrête devant l'immeuble où nous habitons ma soeur et moi. Effectivement, sa voiture n'est plus là. Le beau brun coupe le moteur de sa voiture mais je ne sors pas... « Tu... J'ai de l'alcool de qualité dans mon minibar. Contairement à la pisse qu'on nous a servi ce soir. » Alessia n'est jamais bien loin dans le fond. D'un hochement de tête, Mattia accepte et on sort de la voiture. Je fouille dans ma pochette et fini par tomber sur mes clés. On prend les escaliers, nous ne sommes qu'au premier étage et prendre l'ascenseur vu notre humeur aurait été risqué. Arrivés devant la porte, je l'ouvre et on pénètre dans mon appartement. Directement, je retire mes talons ainsi que mon gilet et vais dans la cuisine. « Malibu? Tequila? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: maybe next time » Mattia    

Revenir en haut Aller en bas
 

maybe next time » Mattia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Les access prime-time
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?
» [SOFT] TIME OF DEATH : Calculer le temps restant avant la fin du monde 2012 [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
letters to juliet :: III - lettre à juliette. :: UNIVERSITA DEGLI STUDI DI VERONA :: BIBLIOTHEQUE-